Placements : comment investir dans cette période des taux négatifs ?

BEHEJOHN Wilfried

Conseiller en gestion patrimoniale

Aujourd’hui, votre conseiller EasyGP va évoquer avec vous l’actualité
de la gestion de patrimoine, et notamment celle de l’économie mondiale. Comme vous le savez, depuis quelques mois, la plupart des économies mondiales connaissent le phénomène de « taux négatifs ».

Mais mis à part les économistes et les financiers dans leur
ensemble, peu de personnes peuvent comprendre ou vous expliquer quel est ce phénomène, son importance et son impact sur vos économies. C’est ce que nous allons tenter de faire à travers ce grand format.

 

Une opportunité à saisir

Alors, les taux négatifs, opportunité du siècle ou grand périple à venir ? Le sujet ne résonne pas tant que ça auprès des Français. Et pourtant, la France est un des pays du monde concerné par ce concept révolutionnaire. Le taux d’intérêt ou de rendement est supposé rémunérer le risque qu’un investisseur prend en achetant un actif en fonction de différentes variables (la durée, le risque, la liquidité, le risque politique, le type d’actif…).

  

Exemple, le Livret A, 0.75% de rendement net d’impôt par an !
Ce rendement minime vous permet de gagner 75€ pour 10.000€ placés sur ce
livret. Le taux est très faible car la durée est censé être faible (placement à
court terme), le risque est quasiment nul (1 sur l’échelle de risque, maximum
7), c’est un placement liquide sur lequel nous pouvons retirer à tout moment…
Vous voyez bien que notre cher Livret A que nous sommes nombreux à critiquer à cause de son faible rendement.

Et naturellement, plus le taux de rendement pour un actif est grand, plus techniquement, le risque est important. Reprenons l’exemple de la France, notre cher pays. Aujourd’hui, le taux de rendement de l’obligation française (la dette) sur 10 ans est négatif ! Il est actuellement autour de -0.15% / -0.20%. Il est arrivé à -0.48% au plus bas en août 2019. En reprenant notre explication, plus le taux de rendement pour un actif est grand, plus la prise de risque est importante. C’est-à-dire que lorsque l’on transpose ce concept à l’obligation française sur 10 ans, le risque technique est tellement faible et la probabilité de ne pas se faire rembourser au bout de l’échéance (10 ans) est tellement faible, que l’on met un taux négatif.

 

 

 

Pour quelles raisons ? 

Le concept est incroyable ! Et pourtant lorsque l’on observe le paysage économique en France, il n’est pas spécialement reluisant (reforme du chômage, peu de création d’emploi, risque politique accru avec la dernière crise des Gilets Jaunes, inégalités en forte croissance…). Est-ce que la France mérite vraiment d’avoir un taux négatif sur sa dette à 10 ans comme notre voisin allemand ? On peut facilement en douter. D’autant que l’Allemagne, avec ses difficultés qu’on lui connait (problème sur les exportations, vieillissement de la population, sous investissement dans les infrastructures publiques…) a un environnement économique et social bien plus reluisant que celui de la France.

Et bien voilà ce qu’est un taux négatif. C’est-à-dire que l’Etat français, si vous décidez d’acheter sa dette à 100€ vous dira « vous ne serez remboursé que de 99.5€ au bout de 10 ans ». Dans le cas de l’état français, s’il décide d’emprunter de l’argent sur les marchés financiers avec un taux négatif comme c’est le cas actuellement, il serait récompense pour son emprunt !

Les origines des taux négatifs

La théorie de l’application des taux négatifs provient de travaux dont Adam Smith s’est fortement inspiré pendant les 1920. Le principe est que lorsque nous sommes en période très faible croissance économique (stagnation) voire de récession, il faut dépenser tout ce que l’on a. Avec des taux négatifs, les actifs liquides que les investisseurs adorent (ex : Livret A) ne rapportent plus.

Et donc autant dépenser que de placer son argent sur quelque chose qui ne rapporte pas. Dans le même sens, on utilise des fonds que l’on a pas donc on s’endette et le crédit est facilité par les taux négatifs auprès des banques commerciales, car au lieu d’être rémunérées pour leurs excédents, elles se font taxés lorsqu’elles placent cet argent auprès des banques centrales. Les crédits sont facilités par ce que l’on appelle « la planche à billets », c’est-à-dire une grande création monétaire.

 

D’où vient le taux négatif ?

Les Japonais ont été les premiers à utiliser le principe de taux bas, voire négatifs. Car depuis environ  25 ans, leur situation économique est loin d’être flamboyante (stagnation économique du fait de l’éclatement de la bulle spéculative immobilière). Et pour autant, la situation économique japonaise ne s’est pas spécialement améliorée. La preuve que l’application de taux faibles voire négatifs ne correspond qu’à l’utilisation d’un outil monétaire dans un ensemble correspondant à une politique de relance.

Et naturellement, la BCE (banque centrale européenne) a engagé le pas. A la suite de la crise de 2008, elle a fait tourner la planche à billets à son paroxysme afin d’éviter la faillite du système bancaire, qui avait été fortement impacté par la crise immobilière américaine. Elle a donc fait ce que l’on appelle du « quantitative easing », c’est-à-dire racheter massivement des actifs pour désendetter les banques et donc améliorer leur comptabilité, rentabilité, compétitivité.

Toutefois, cette politique de taux négatifs pour les banques commerciales a un impact significatif sur leur rentabilité, car pour la plupart, ils font de l’argent via la transformation bancaire (les dépôts d’aujourd’hui font les crédits de demain). Et pour se prémunir de cette dégradation de leur chiffre d’affaires, une banque danoise a décidé d’appliquer aussi un taux négatif à leurs déposants à partir d’un certain montant sur le compte chèque. La France va-t-elle suivre cette voie ? Personne ne peut vous le dire mais il y a de fortes chances que cela arrive, ou que les frais bancaires explosent à terme.

Comment protéger son patrimoine de l’influence des taux négatifs ?

Les taux négatifs et l’inflation sont deux phénomènes économiques sur le papier totalement opposés. Et pourtant dans les faits, ils ont la même action, c’est-à-dire celle de détruire l’épargne des investisseurs. L’inflation correspond à la hausse des prix. Un panier de biens de consommation et de services sont pris à une date clé et sont comparés à la même date l’année d’après. C’est à ce moment que l’on se rend compte s’il y a inflation ou pas. Par exemple, en 2018, l’inflation était de 1.9% selon l’INSEE par rapport à 2017.

De son coté, le taux négatif, va venir ronger de manière mécanique l’épargne, les revenus du capital (intérêts, dividendes, coupons), les revenus fixes (pensions, retraites, prestations sociales, salaires…). 

Exemple : avec un Livret A à 0.75% et une inflation 2018 à 1.9%, vous êtes en négatif de 1.15%. Vous perdez donc automatiquement de l’argent. Pour 10.000€, vous touchez 75€ intéressants mais le coût de la vie aura augmenté de quasiment 2%. Ainsi, ce que vous pouviez acheter avec 75€ coûte maintenant 76.425€. Il faudra donc mettre 1.425€ supplémentaire pour acheter un objet en 2018 qui coûtait 75€ en 2017.

 

 

Taux négatif VS Inflation ? 

De son coté, le taux négatif porte un message différent de celui de l’inflation. A savoir, on dépense tout et on s’endette ! La preuve lorsque l’on voit les taux des crédits immobiliers. Des milliers de personnes achètent leur résidence principale ou se créent des patrimoines immobiliers colossaux car la politique de taux incitent à cela. Ainsi, si vous épargnez sur des actifs à faibles rendement (plus faible que l’inflation) et que vous ne vous endettez pas, alors vous subirez la double peine !

Comment se protéger ? 

Aussi, pour vous protéger des taux faibles voire négatifs,
nous avons quelques conseils pour vous. Tout d’abord, l’achat d’or. Depuis quelques temps, cet actif est galvanisé par la chute des taux d’intérêt. Etant considéré comme une valeur refuge, son prix ne fait qu’augmenter.

Investir dans l’or ? 

Depuis le début de l’année, l’once d’or a prix plus de 20%. Lorsque l’on analyse les taux réels (taux d’intérêt – inflation), on se rend compte que plus les taux d’intérêt baissent, plus le prix de l’or augmente. Comme nous disions plus tôt, les taux négatifs envoient un message d’achat massif mais aussi d’énormes incertitudes pour le futur. Car un taux négatif pour un actif laisse présager un risque inexistant pour acquéreur de cet actif, voilà pourquoi il n’est pas rémunéré mais il doit lui-même payer pour acheter cet actif ce qui est une hérésie.

Par exemple, lorsque vous achetez de la dette française sur 10 ans, l’Etat français est payé pour s’endetter et vous payez cet état pour avoir accès à sa dette. Alors qu’il y a quelques années, c’était le contraire !

Ainsi, nous vous conseillons d’acheter de l’or pour votre portefeuille boursier à la hauteur maximale de 10%. Cela servira de couverture si les autres actifs dépendant des taux ont tendance à baisser. De l’or physique
ou encore un fonds spécialisé sur les matières premières et l’or feront très bien
l’affaire. N’oubliez pas que l’or est une couverture et non une valeur de
spéculation, mais surtout que sa valeur grimpe dans des périodes de doutes économiques. Il faudra savoir quand le vendre car sinon, vous perdrez la potentielle plus-value à effectuer.

 

 

Et à l’étranger ? 

Le franc suisse lui aussi a vu sa devise augmenter par rapport à l’Euro (environ 10% depuis le début de l’année). La Suisse étant un état économiquement stable et puissant, de nombreux investisseurs institutionnels principalement, ont décidé d’acheter du Franc Suisse en guise aussi de couverture contre les taux faibles voire négatifs.

Pour finir, l’achat de dettes de pays solides comme l’Allemagne, les USA, le Japon, la France est un bon moyen de placer à son argent à moyen terme. En achetant à un rendement faible voire négatif, vous savez que vous allez vous faire rembourser à terme moins que prévu. Mais la solidité financière de ces pays et les différentes mesures pro-business vous assurent grandement d’être remboursé. De plus, avec des taux qui ont tendance à baisser, les obligations qui auront déjà été émises dans le passé verront leur valeur augmenter automatiquement.

Cela s’appelle la sensibilité du à l’inversion de la courbe des taux. Cela vous permettra d’engranger une plus-value intéressante sur le long terme, tout en sécurisant votre investissement.

            <a data-elementor-open-lightbox="yes" data-elementor-lightbox-slideshow="43a0413f" data-elementor-lightbox-title="succession assurance vie,100 succession,95 contrat assurance vie,90 fiscalité assurance vie,80 taux assurance vie,75 assurance vie 2019,70 assurance vie 2018,65 rachat assurance vie,61 assurance vie rendement,54 assurance vie deces,51 frais assurance vie,49 assurance vie boursorama,48 assurance deces,48 credit agricole assurance vie,46 compte assurance vie,44 axa,37 assurance accident de la vie,36 axa assurance vie,35 axa assurance,31 fortuneo assurance vie,30 assurance vie 70 ans,29 beneficiaire assurance vie,27 meilleur assurance vie,27 placement assurance vie,26 assurance retraite,26 RISING alonzo assurance vie,Record taux assurance vie 2019,Record rendement assurance vie 2019,Record fiscalité assurance vie 2019,Record assurance vie alonzo parole,Record rendements assurance vie 2018,Record je suis ton assurance vie,Record classement assurance vie 2019,Record transferabilité assurance vie,+4 250 % assurance vie 2019,+2 350 % meilleur assurance vie 2019,+1 250 % parole assurance vie,+1 000 % loi pacte,+500 % paroles assurance vie,+450 % meilleure assurance vie gmf,+400 % loi pacte assurance vie,+300 % rendement assurance vie 2018,+140 % fiscalité assurance vie en cas de deces,+70 % classement assurance vie 2018,+70 % souscrire une assurance vie,+60 % mutavie assurance vie,+60 % macsf,+60 % assurance vie cachemire,+50 % carac assurance vie,+50 % avance sur assurance vie,+50 %" data-elementor-lightbox-description="succession assurance vie,100

succession,95
contrat assurance vie,90
fiscalité assurance vie,80
taux assurance vie,75
assurance vie 2019,70
assurance vie 2018,65
rachat assurance vie,61
assurance vie rendement,54
assurance vie deces,51
frais assurance vie,49
assurance vie boursorama,48
assurance deces,48
credit agricole assurance vie,46
compte assurance vie,44
axa,37
assurance accident de la vie,36
axa assurance vie,35
axa assurance,31
fortuneo assurance vie,30
assurance vie 70 ans,29
beneficiaire assurance vie,27
meilleur assurance vie,27
placement assurance vie,26
assurance retraite,26
RISING
alonzo assurance vie,Record
taux assurance vie 2019,Record
rendement assurance vie 2019,Record
fiscalité assurance vie 2019,Record
assurance vie alonzo parole,Record
rendements assurance vie 2018,Record
je suis ton assurance vie,Record
classement assurance vie 2019,Record
transferabilité assurance vie,+4 250 %
assurance vie 2019,+2 350 %
meilleur assurance vie 2019,+1 250 %
parole assurance vie,+1 000 %
loi pacte,+500 %
paroles assurance vie,+450 %
meilleure assurance vie gmf,+400 %
loi pacte assurance vie,+300 %
rendement assurance vie 2018,+140 %
fiscalité assurance vie en cas de deces,+70 %
classement assurance vie 2018,+70 %
souscrire une assurance vie,+60 %
mutavie assurance vie,+60 %
macsf,+60 %
assurance vie cachemire,+50 %
carac assurance vie,+50 %
avance sur assurance vie,+50 %
 » href= »https://easygestiondepatrimoine.com/nos-produits/ »>

succession assurance vie,100 succession,95 contrat assurance vie,90 fiscalité assurance vie,80 taux assurance vie,75 assurance vie 2019,70 assurance vie 2018,65 rachat assurance vie,61 assurance vie rendement,54 assurance vie deces,51 frais assurance vie,49 assurance vie boursorama,48 assurance deces,48 credit agricole assurance vie,46 compte assurance vie,44 axa,37 assurance accident de la vie,36 axa assurance vie,35 axa assurance,31 fortuneo assurance vie,30 assurance vie 70 ans,29 beneficiaire assurance vie,27 meilleur assurance vie,27 placement assurance vie,26 assurance retraite,26 RISING alonzo assurance vie,Record taux assurance vie 2019,Record rendement assurance vie 2019,Record fiscalité assurance vie 2019,Record assurance vie alonzo parole,Record rendements assurance vie 2018,Record je suis ton assurance vie,Record classement assurance vie 2019,Record transferabilité assurance vie,+4 250 % assurance vie 2019,+2 350 % meilleur assurance vie 2019,+1 250 % parole assurance vie,+1 000 % loi pacte,+500 % paroles assurance vie,+450 % meilleure assurance vie gmf,+400 % loi pacte assurance vie,+300 % rendement assurance vie 2018,+140 % fiscalité assurance vie en cas de deces,+70 % classement assurance vie 2018,+70 % souscrire une assurance vie,+60 % mutavie assurance vie,+60 % macsf,+60 % assurance vie cachemire,+50 % carac assurance vie,+50 % avance sur assurance vie,+50 %

succession assurance vie,100 succession,95 contrat assurance vie,90 fiscalité assurance vie,80 taux assurance vie,75 assurance vie 2019,70 assurance vie 2018,65 rachat assurance vie,61 assurance vie rendement,54 assurance vie deces,51 frais assurance vie,49 assurance vie boursorama,48 assurance deces,48 credit agricole assurance vie,46 compte assurance vie,44 axa,37 assurance accident de la vie,36 axa assurance vie,35 axa assurance,31 fortuneo assurance vie,30 assurance vie 70 ans,29 beneficiaire assurance vie,27 meilleur assurance vie,27 placement assurance vie,26 assurance retraite,26 RISING alonzo assurance vie,Record taux assurance vie 2019,Record rendement assurance vie 2019,Record fiscalité assurance vie 2019,Record assurance vie alonzo parole,Record rendements assurance vie 2018,Record je suis ton assurance vie,Record classement assurance vie 2019,Record transferabilité assurance vie,+4 250 % assurance vie 2019,+2 350 % meilleur assurance vie 2019,+1 250 % parole assurance vie,+1 000 % loi pacte,+500 % paroles assurance vie,+450 % meilleure assurance vie gmf,+400 % loi pacte assurance vie,+300 % rendement assurance vie 2018,+140 % fiscalité assurance vie en cas de deces,+70 % classement assurance vie 2018,+70 % souscrire une assurance vie,+60 % mutavie assurance vie,+60 % macsf,+60 % assurance vie cachemire,+50 % carac assurance vie,+50 % avance sur assurance vie,+50 %

succession assurance vie,100 succession,95 contrat assurance vie,90 fiscalité assurance vie,80 taux assurance vie,75 assurance vie 2019,70 assurance vie 2018,65 rachat assurance vie,61 assurance vie rendement,54 assurance vie deces,51 frais assurance vie,49 assurance vie boursorama,48 assurance deces,48 credit agricole assurance vie,46 compte assurance vie,44 axa,37 assurance accident de la vie,36 axa assurance vie,35 axa assurance,31 fortuneo assurance vie,30 assurance vie 70 ans,29 beneficiaire assurance vie,27 meilleur assurance vie,27 placement assurance vie,26 assurance retraite,26 RISING alonzo assurance vie,Record taux assurance vie 2019,Record rendement assurance vie 2019,Record fiscalité assurance vie 2019,Record assurance vie alonzo parole,Record rendements assurance vie 2018,Record je suis ton assurance vie,Record classement assurance vie 2019,Record transferabilité assurance vie,+4 250 % assurance vie 2019,+2 350 % meilleur assurance vie 2019,+1 250 % parole assurance vie,+1 000 % loi pacte,+500 % paroles assurance vie,+450 % meilleure assurance vie gmf,+400 % loi pacte assurance vie,+300 % rendement assurance vie 2018,+140 % fiscalité assurance vie en cas de deces,+70 % classement assurance vie 2018,+70 % souscrire une assurance vie,+60 % mutavie assurance vie,+60 % macsf,+60 % assurance vie cachemire,+50 % carac assurance vie,+50 % avance sur assurance vie,+50 %

succession assurance vie,100 succession,95 contrat assurance vie,90 fiscalité assurance vie,80 taux assurance vie,75 assurance vie 2019,70 assurance vie 2018,65 rachat assurance vie,61 assurance vie rendement,54 assurance vie deces,51 frais assurance vie,49 assurance vie boursorama,48 assurance deces,48 credit agricole assurance vie,46 compte assurance vie,44 axa,37 assurance accident de la vie,36 axa assurance vie,35 axa assurance,31 fortuneo assurance vie,30 assurance vie 70 ans,29 beneficiaire assurance vie,27 meilleur assurance vie,27 placement assurance vie,26 assurance retraite,26 RISING alonzo assurance vie,Record taux assurance vie 2019,Record rendement assurance vie 2019,Record fiscalité assurance vie 2019,Record assurance vie alonzo parole,Record rendements assurance vie 2018,Record je suis ton assurance vie,Record classement assurance vie 2019,Record transferabilité assurance vie,+4 250 % assurance vie 2019,+2 350 % meilleur assurance vie 2019,+1 250 % parole assurance vie,+1 000 % loi pacte,+500 % paroles assurance vie,+450 % meilleure assurance vie gmf,+400 % loi pacte assurance vie,+300 % rendement assurance vie 2018,+140 % fiscalité assurance vie en cas de deces,+70 % classement assurance vie 2018,+70 % souscrire une assurance vie,+60 % mutavie assurance vie,+60 % macsf,+60 % assurance vie cachemire,+50 % carac assurance vie,+50 % avance sur assurance vie,+50 %

succession assurance vie,100 succession,95 contrat assurance vie,90 fiscalité assurance vie,80 taux assurance vie,75 assurance vie 2019,70 assurance vie 2018,65 rachat assurance vie,61 assurance vie rendement,54 assurance vie deces,51 frais assurance vie,49 assurance vie boursorama,48 assurance deces,48 credit agricole assurance vie,46 compte assurance vie,44 axa,37 assurance accident de la vie,36 axa assurance vie,35 axa assurance,31 fortuneo assurance vie,30 assurance vie 70 ans,29 beneficiaire assurance vie,27 meilleur assurance vie,27 placement assurance vie,26 assurance retraite,26 RISING alonzo assurance vie,Record taux assurance vie 2019,Record rendement assurance vie 2019,Record fiscalité assurance vie 2019,Record assurance vie alonzo parole,Record rendements assurance vie 2018,Record je suis ton assurance vie,Record classement assurance vie 2019,Record transferabilité assurance vie,+4 250 % assurance vie 2019,+2 350 % meilleur assurance vie 2019,+1 250 % parole assurance vie,+1 000 % loi pacte,+500 % paroles assurance vie,+450 % meilleure assurance vie gmf,+400 % loi pacte assurance vie,+300 % rendement assurance vie 2018,+140 % fiscalité assurance vie en cas de deces,+70 % classement assurance vie 2018,+70 % souscrire une assurance vie,+60 % mutavie assurance vie,+60 % macsf,+60 % assurance vie cachemire,+50 % carac assurance vie,+50 % avance sur assurance vie,+50 %

la retraite,100 maison retraite,88 maison de retraite,84 assurance retraite,54 caisse retraite,31 caisse de retraite,24 arrco,22 retraite arrco,22 compte retraite,21 depart retraite,20 retraite trimestre,19 carsat retraite,17 carsat,17 retraite calcul,15 agirc,15 retraite age,15 age retraite,15 complémentaire retraite,15 retraite agirc arrco,13 reforme retraite,13 retraite mon compte,13 agirc arrco,13 mon compte retraite,13 ma retraite,12 csg retraite,11 RISING joyeuse retraite film,Record joyeuse retraite,+2 950 % csg retraite 2019,+1 050 % bnp paribas epargne & retraite entreprises,+950 % indexation retraite,+550 % retraite 64 ans,+450 % petition retraite,+400 % augmentation retraite 2019,+350 % csg retraite couple,+300 % lassuranceretraite.fr retraite,+300 % exonération csg retraite 2019,+250 % humanis retraite complémentaire,+250 % lassuranceretraite.fr,+200 % assurance retraite .fr,+190 % reforme retraite 2019,+150 % revalorisation retraite 2019,+150 % lassurance retraite,+130 % reforme retraite,+120 % ensap,+120 % france connect retraite,+110 % france connect,+100 % réforme retraite,+80 % age légal de la retraite,+70 % csg retraite,+70 % prime de départ à la retraite,+70 %


Précédent
Suivant

CONSULTER LES PACKS EASYGP

Les actions, intéressantes mais très risquées en période de taux négatifs 

En cette période de forts troubles économiques, il est très difficile pour la plupart des investisseurs de placer leur argent. Avec un rendement largement supérieur à toute classe d’actifs sur le long terme, les actions représentent une excellente une opportunité de placement. Car du fait de l’effet de la planche à billet, du quantitative easing et des taux faibles / négatifs, l’argent ne coûte pas cher.

Ainsi, de nombreuses entreprises en profitent pour s’endetter et effectuer leurs investissements à un coût très faible. Cela a tendance à donc accroître la croissance organique, augmenter le chiffre d’affaire, le bénéfice, la rentabilité, le rendement et donc cela a un impact sur la valorisation de ces actions. Les actions ont donc tendance à prendre de la valeur ces derniers temps, notamment sur le Smallcap et les grosses entreprises. Les détenteurs d’actions français peuvent donc dire merci au président de la FED et à Mario Draghi (ancien président de la BCE) !

 

Et l’inversion des taux ?

Toutefois, il faut faire attention à certains paramètres économiques, notamment à l’inversion des taux ! Le principe est simple, plus un actif  (la dette) est mobilisé sur le long terme, plus le risque de défaut de paiement, c’est à dire la possibilité de ne pas être remboursé augmente. Or actuellement, les taux long terme (20 ans ou plus) ont des taux d’intérêt moins importants que les taux à court terme (moins de 10 ans).

 

Pour de nombreux analystes financiers et économistes, l’inversion de la courbe est taux est le signe d’une crise et d’une forte récession à venir. Une forte récession est à prévoir sur les USA et nos voisins allemands, alors que tous les signes sont au vert. Et comme vous le savez, les actions permettent de spéculer mais surtout de financer les entreprises. Ainsi, une crise aurait un impact gravissime sur les actions.

 

 

                                <p><em>Vous l’aurez donc compris, cette période de trouble nécessite un suivi important de votre épargne et de vos placements financiers. Nos experts se mettent à votre service pour une analyse complet de votre portefeuille boursier mais surtout un conseil et un suivi sur mesure pour vos placements. N’hésitez pas à télécharger notre dossier spécial « placements » </em>
                <strong>WILL BEHEJOHN</strong>
                Conseiller en gestion patrimoniale
        <!-- .testimonial_card END -->
        <a href="https://easygestiondepatrimoine.com/prendre-rdv-easygp/" role="button">
                    PRENDRE CONTACT AVEC UN CONSEILLER EASYGP
                </a>
investissement locatif,100 investissement immobilier,63 immobilier,63 investissement immobilier locatif,21 investissement france,19 investir,18 investissement pinel,15 capital investissement,13 meilleur investissement,11 fonds investissement,10 retour sur investissement,10 investissement bourse,9 investissement entreprise,8 investissement loi pinel,8 investissement rentable,8 sci,8 définition investissement,7 investissement scpi,6 loi pinel,6 pret immobilier,6 investissement pme,6 synonyme investissement,6 investissement lmnp,5 investissement financier,5 credit investissement locatif,5 RISING pap,Record meilleur investissement 2019,Record sh investissement brest,Record investissement fdj,Record conseil en investissement immobilier,Record novaxia investissement,+4 250 % investissement forestier,+350 % simulation credit,+250 % vivienne investissement,+180 % livre investissement immobilier,+140 % cm cic investissement,+120 % investissement locatif paris,+110 % investissement financier,+100 % qualium investissement,+80 % livret bourse investissement,+80 % cac40,+80 % carmignac investissement,+70 % investissement immobilier nantes,+70 % investissement def,+70 %

Economie : inquiétude autour d’un manque d’augmentation des salaires

Aujourd’hui, votre conseiller EasyGP va évoquer avec vous l’actualité de la gestion de patrimoine, et plus précisément celle de l’économie française et européenne.

Comme vous pouvez l’entendre dans la plupart des médias ou le lire dans de nombreux journaux, la croissance est de retour ! On constate une baisse du chômage depuis le début du quinquennat Macron même si les chiffres demeurent à un niveau relativement élevé.

Différentes mesures telles que la loi Travail, le renforcement du contrôle des chômeurs, disparition de l’ISF et création de l’IFI (impôt sur la fortune immobilière) afin que les plus riches de ce pays investissent dans l’économie nationale… Tout est fait pour que la France se remette sur de bons rails.

Mais alors que la croissance est de retour et que les profits des entreprises vont principalement aux actionnaires des sociétés, une question se pose dans l’esprit de nombreuses personnes : à quand vont-ils augmenter nos salaires ?

L’OCDE (Organisation de coopération et de développement économique) s’inquiète de cette stagnation du niveau des salaires et pense que cela peut avoir un impact négatif sur la croissance en Europe. C’est ce que nous allons voir dans cet article.

Un niveau d’emploi d’avant crise retrouvé

C’est un constat indéniable, l’emploi va mieux dans la zone OCDE. On remarque même qu’on a retrouvé un niveau d’avant crise de 2008. Toutefois, dans le même temps, on constate que la croissance de la rémunération de la force de travail, elle n’augmente quasiment pas. C’est un constat encore plus visible pour les salariés les moins bien rémunérés.

A croire que la croissance et la création de richesse au niveau national ne sert qu’aux entreprises et aux actionnaires.

De nombreux économistes et politiques s’inquiètent de ce phénomène. Selon le Secrétaire général de l’OCDE, « si les pays ne parviennent pas à rompre avec cette tendance, la confiance à l’égard de la reprise économique sera compromise et les inégalités se creuseront sur le marché du travail ».

Car d’un point de vue purement économique, augmenter les salaires signifient plus de pouvoir d’achat. Ce même surplus de pouvoir d’achat permet d’augmenter l’épargne des ménages, ainsi que la consommation. Les entreprises devront donc produire plus, investir plus et créer plus d’emploi pour faire face à la demande. On parle donc d’un cercle vertueux selon l’économiste Keynes.

Une stagnation qui concerne encore plus les plus bas salaires

Un des constats alarmants de ce phénomène est que le manque de hausse de salaires touche principalement les travailleurs les plus précaires et les moins bien rémunérés. Cela touche que très peu les agents de maitrises, et encore moins les cadres ou salariés dirigeants d’entreprises.

D’autant plus que ces dernières années, les revenus du travail réels du 1% des salariés les mieux rémunérés ont beaucoup augmenté et surtout très rapidement. Ce qui n’est pas du tout le cas des employés à temps plein et aux fonctions moins importantes (employés et agents de maitrise).

Il y a donc une tendance à la recherche d’une reprise de l’emploi mais sans progression des salaires. Cela démontre bien les changements structurels apparus et aggravés depuis la crise de 2008 dans les différentes économies des pays « développés ». Il faut accompagner l’augmentation de salaires de tous et encore plus des personnes les moins qualifiés car souvent en surnombre.

Plusieurs raisons à cette stagnation du niveau des salaires : faible niveau de l’inflation en France et dans de nombreux pays européens, un ralentissement prononcé de la productivité, augmentation de la part d’emplois précaires (CDD / intérim / alternance / stages / contrats aidés…), volonté des grosses entreprises de conserver leurs marges ou de verser des dividendes à leurs actionnaires…

La France ne fait pas exception

Concernant le cas de la France, on constate une baisse légère du chômage. Selon l’OCDE, la reprise française est à mi – parcours et que la hausse des salaires se limite depuis l’année 2012. On remarque aussi que le nombre de chômeurs est bien trop important par rapport à la moyenne des pays de l’OCDE. On parle même d’un « chômage structurel à la Française ».

L’OCDE relève que le taux d’emploi des groupes défavorisés comme les femmes ou encore les jeunes est bien trop élevé par rapport aux autres pays membres.

Vous l’aurez donc compris, la stagnation des salaires pose un problème encore plus visible pour de nombreux salariés : la création et la diversification des sources de revenus. EasyGP vous propose différentes formules afin de pouvoir obtenir d’autres sources de revenus que votre unique salaire.

N’hésitez pas à venir vous renseigner et prendre RDV avec un de nos conseillers ici: http://bit.ly/2JmGGKM et télécharger notre dossier spécial « stratégies patrimoniales » ici:http://bit.ly/2v2EWio.

Votre conseiller EasyGP

Marchés financiers : les Français de plus en plus attirés par le monde de la bourse

Aujourd’hui, votre conseiller EasyGP va évoquer avec vous l’actualité de la gestion de patrimoine, et notamment celle des tendances patrimoniales des investisseurs français.

Comme vous le savez, l’investisseur français est très souvent caractérisé et décrié comme « quelqu’un de frileux, avec une très grande peur de perdre son capital ». De ce fait, son patrimoine est très souvent investi sur des enveloppes fiscales ou des produits dont le risque est censé être faible. Et cela se voit dans les stats : en 2017, le patrimoine des Français était de 12.000Mds€.

Pour vous donner un ordre d’idées, c’est environ 5 fois plus que la dette de l’Etat français (environ 2200Mds€), environ 92 fois le budget de la Sécurité Sociale (autour de 130Mds€) ou encore quasiment 170 fois le budget de l’Etat français (autour de 70Mds€).

Et ce patrimoine privé français est composé à quasiment 70% de produits immobiliers (résidence principale / secondaire / locative / SCPI / défiscalisation / châteaux…). Les 30% restant étant investis en liquidités (livrets) et en assurance vie. Les marchés financiers ne représentent que 9% du patrimoine global des Français.

Plusieurs raisons à cela : les différentes crises n’ont pas aidé à rassurer l’investisseur privé, l’aspect parfois ultra technique, le manque de pédagogie ou le sentiment que seul les plus riches peuvent investir ont tendance à dénaturer l’investissement financier dans la conscience collective.

 


Et pourtant, on constate un très léger fléchissement de cette position pro – immobilier, les Français commencent doucement à s’intéresser à la bourse et aux marchés financiers. C’est ce que nous allons voir dans cet article.

Vers un changement de comportement collectif ?

Alors, on est loin d’une France dont l’investisseur lambda est pro – marchés financiers comme en Allemagne ou encore aux USA. Mais on peut doucement apercevoir un léger changement de mentalité, ce qui pourrait avoir un effet direct sur la mise en place des différentes stratégies patrimoniales.

 

Selon une étude de l’AMF (autorité des marchés financiers), quasiment 1 Français sur 2 commence à considérer que les produits financiers et notamment les actions correspondent au meilleur placement sur le long terme.

patrimoine des menages francais - easygp- gestion de patrimoine

Autre information, environ 56% des personnes sondées pensent qu’investir sur les marchés financiers est une bonne idée afin de diversifier ses placements ainsi que ses sources de revenus. Et 33% expriment un intérêt important pour les marchés.

Lorsque l’on interroge les personnes sondées, elles expriment le fait que l’horizon de placement étant sur le long terme, la possibilité d’avoir un patrimoine diversifié et bien plus rentable que l’épargne bancaire les intéressent fortement. L’AMF y voit donc un signe encourageant concernant l’investissement financier.

Mais il ne faut pas crier victoire trop tôt, il va falloir beaucoup de temps que les mentalités évoluent. La grande majorité de l’épargne française, comme nous vous le disions, est investie en immobilier et sur de l’épargne bancaire. L’épargnant y recherche surtout la liquidité mais obtient principalement un rendement proche de 0%. Il y a donc du chemin à parcourir pour les épargnants afin de diversifier leur patrimoine.

Vous l’aurez donc compris, il est donc possible de diversifier votre patrimoine et de booster son rendement, et cela avec un risque en accord avec votre profil financier.

Pour plus de conseil, téléchargez notre dossier spécial « placements » disponible sur notre site et prenez un rdv avec un de conseillers EasyGP.

Will Behejohn

Président du cabinet EasyGP

impots gouv,100 impots gouv particulier,35 impots particulier,34 impots 2019,21 centre impots,16 centre des impots,13 impot,13 declaration impots,10 les impots,9 impots gouv 2019,7 impots 2018,6 impot gouv,5 impots déclaration,5 declaration impots 2019,5 impots en ligne,4 date impots 2019,4 impots simulation,4 impots.gouv.fr,3 impots date limite,3 impots gouv professionnel,3 impots mon compte,3 impots sur le revenu,3 service impots,3 gouv impots fr,3 horaires impots,2 RISING impots 2019 date limite,Record date impots 2019 internet,Record declaration impots 2019 delai,Record remboursement impots 2019,Record impots gouv fr declaration 2019,Record impots 2019 date limite internet,Record impots.gouv.fr 2019 date,Record date declaration impots revenus 2019,Record date déclaration impots 2019,Record impots 2020,Record impots.gouv.fr 2019 date limite,Record impots.gouv.fr taxes foncières 2019,Record déclaration impots 2019,Record date impots 2019,Record date limite déclaration impots 2019,Record limite declaration impots 2019,Record notice impots 2019,Record declaration impots 2019,Record impots.gouv espace personnel,Record date impots en ligne 2019,Record impots.gouv.fr 2019,Record impot gouv déclaration 2019,+4 600 % declaration impot 2019,+4 550 % déclarer impots 2019,+4 150 % restitution impots 2019,+3 600 %-RETRAITE-SALARIE-TRAVAIL

Fiscalité : 4 solutions pour réduire votre imposition

Aujourd’hui, votre conseiller EasyGP va évoquer avec vous l’actualité de la gestion de patrimoine, et notamment un sujet qui énerve la plupart des Français, celui de la fiscalité.

Entre les différents impôts (IR, IFI, taxe d’habitation, taxe foncière…), de nombreux Français se sentent comme écrasés par la pression fiscale. Pourtant, il est relativement simple d’abaisser sa facture fiscale. Nous allons vous donner quelques conseils simples d’application afin de réduire votre note envoyée à Bercy.

La première des informations à intégrer est que le prélèvement à la source change clairement les règles du jeu en termes de réduction fiscale. Mais, il reste toutefois des solutions à mettre en place, et ce malgré l’année blanche. Vous pouvez par exemple améliorer votre logement, investir dans une PME ou encore investir dans les DOM-TOM.

Améliorez votre logement !

Cela veut pour faire gagner jusqu’à 4800€ d’avantages fiscaux ! il n’est donc pas trop tard pour faire des travaux d’amélioration de votre logement. Le projet de loi de finance 2019 prévoit d’augmenter le délai du crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE) jusqu’au 31/12/2019.

Ce dispositif fiscal s’adresse non seulement aux propriétaires mais aussi aux locataires qui décident de faire réaliser des travaux dans leur résidence principale. Les travaux qui seront éligibles, peuvent vous permettre d’économiser 30% du montant des travaux dans la limite de 8000€ pour une personne célibataire et 16.000€ pour un couple. Avec une économie d’impôt de 30% du montant des travaux, vous gagnez fiscalement 2400€ pour une personne seule et 4800€ pour un couple. Cela n’est pas à négliger ! On ajoute à cela 400€ / personne à charge. Ainsi, pour une famille de 4 personnes avec 2 enfants mineurs, le crédit d’impôt peut être de 5600€ pour des travaux d’un montant de 16.000€.

Il s’agit là d’un plafond qui s’étale sur 5 ans. La plupart des revenus qui auront été perçus en 2018 ne seront pas imposés grâce à l’année blanche mais le crédit d’impôt, lui n’est pas remis en cause. Ainsi, votre avantage fiscal vous sera attribué en septembre 2019, une fois que vous aurez déclaré vos revenus 2018.

Parmi les travaux à effectuer, il y a les dépenses d’isolation thermiques (combles, murs…), l’installation de régulateur de chauffage…

Investissez dans les PME françaises !

18% de votre investissement est déductible de l’impôt, voila un moyen simple d’allier défiscalisation et soutien de l’économie nationale ! Car cette année encore, vous pouvez investir au capital d’une PME et dans le même temps, économiser de l’impôt. Si vous lisez EasyBlog, vous avez surement vu que le taux de réduction était passé de 18 à 25% pour l’année 2018. Certaines organisations ont pressé le gouvernement afin que l’investissement des particuliers profitent beaucoup plus aux petites et moyennes entreprises, ce qui est une excellente idée ! Mais pour l’instant, le changement n’est pas encore applicable car le décret d’application n’a toujours pas été publié. Il va donc falloir patienter avant de bénéficier d’une réduction fiscale plus importante.

La réduction fiscale pour un investissement direct dans une PME sera donc limitée à 9000€ pour une personne seule (le plafond étant de 50.000€ pour une personne seule, 18% * 50.000 = 9000€), elle sera de 18.000€ pour un couple (le plafond étant de 100.000€ pour un couple, 18% * 100.000 = 18.000€). En passant par des FIP ou FCPI, vous aurez une réduction beaucoup moins importante !

Si vous êtes célibataire et que vous investissez dans un FIP ou FCPI, le montant d’investissement maximal est de 12.000€ et la réduction fiscale de 2160€ (18% * 12.000). Pour un couple, le plafond d’investissement est de 24.000€ et la réduction fiscale de 4320€ (18% * 24.000).

Le conseil EasyGP : si vous souhaitez investir en direct dans une PME, la fraction de votre placement qui dépasse le plafond annuel de 10.000€ d’économie d’impôt peut être reporté sur une période de 4 année supplémentaire. Vous pourrez donc investir et profiter sur le long terme d’un excellent avantage fiscal.

Placer votre argent dans les forêts de France

Jusqu’à 2052€ de réduction fiscale avec ce placement ! Vous pouvez diversifier votre patrimoine en investissant dans les forets de France, soit en direct soit via des parts de groupements fonciers forestiers (GFF). Diversification et réduction d’impôt, le cocktail idéal !

Vous pouvez économiser 18% du montant investi, avec une réduction fiscale plafonnée à 1026€ pour un célibataire et 2052€ pour un couple. Cette économie d’impôt est soumise à une condition très stricte : la conservation des parcelles de foret (en direct) ou des parts de GFF pendant une période de 8 ans. Il s’agit donc d’un investissement à long terme et il faut en avoir conscience !

Il est d’autant plus facile et moins et risqué d’acheter des parts de GFF plutôt que d’acheter une parcelle en direct. En effet, les parts de GFF sont accessibles à partir de 2000€ mais sont peu liquides car c’est un placement peu connu du grand public. Les parts peuvent être revendues sur le marché secondaire (de gré à gré) mais il ne faut pas être trop pressé, car le rendement n’est pas garanti !

Le potentiel versement d’un dividende est très aléatoire et dépend du groupement qui exploite la forêt. Mais aussi de l’âge des arbres, des conditions climatiques… Il ne vaut donc mieux pas compter sur ce placement pour se créer des revenus.

Mais l’investissement dans les forêts permet aussi de pouvoir bénéficier d’un cadre fiscal particulier en cas de transmission et pour les personnes soumises à l’IFI (impôt sur la fortune immobilière).

Conseil EasyGP : pour trouver des GFF disponibles, faites appel à un professionnel !

Direction les DOM-TOM !

L’année blanche n’a aucun impact sur le dispositif fiscal Girardin. Malgré une grande envie de Bercy de passer un coup de rabot dans la plupart des niches fiscales, le dispositif Girardin est lui protégé. Il a même été prorogé jusqu’en 2020.

Il s’agit d’un dispositif fiscal assez peu connu du grand public mais qui est très utile en cas de forte fiscalité, il peut s’appliquer à un couple de la classe moyenne, voire supérieure. Il offre une réduction d’impôt aux personnes qui investissent dans les DOM-TOM en finançant du matériel industriel neuf (on parle de Girardin industriel) ou dans les logements sociaux (on parle de Girardin social).

Toutefois, il faut faire attention car il s’agit un dispositif quasiment unique en son genre : vous investissez votre capital à fonds perdu. Vous ne gagnerez donc pas d’argent (capital supplémentaire ou revenus) via cette opération. Le but est de placer sur ce dispositif l’économie d’impôt dont vous avez besoin, moyennant une décote qui correspond à la rentabilité de votre opération.

L’organisme financier qui crée le produit vous annonce à l’avance la somme qu’il va falloir investir afin d’obtenir votre réduction fiscale. La réduction fiscale rentre dans le plafonnement annuel des niches fiscales (10.000€). Mais étant donné que vous soutenez l’activité dans les DOM-TOM, Bercy vous offre un plafond supplémentaire de 8000€, portant votre plafond maximal à 18.000€.

Conseil EasyGP : renseignez-vous auprès d’un organisme financier avec de l’ancienneté avant de vous mettre en tête ce type de montage

Vous l’aurez donc compris, il est facile de réduire votre fiscalité avec des investissements adaptés à toutes les situations. Pour bénéficier de l’expertise fiscale EasyGP, contactez un conseiller ici : easygestiondepatrimoine.com/contact

droit succession,100 succession frais,89 droit de succession,82 la succession,79 notaire,78 succession notaire,77 droits succession,73 frais de succession,68 droits de succession,64 assurance vie,52 succession assurance vie,52 donation,34 succession maison,28 heritage,26 heritage succession,23 frais notaire succession,22 frais succession notaire,22 frais de notaire succession,20 frais de notaire,19 succession abattement,18 succession conjoint,17 déclaration de succession,16 abattement,16 renonciation succession,16 renonciation,16 RISING droits de succession 2019,Record droit de succession 2019,Record droit de succession maison principale,Record bareme succession 2019,Record succession season 2,Record succession saison 3,Record impot succession france,Record donation universelle et droits de succession,+2 750 % succession anomale,+2 700 % honoraires notaire succession,+450 % acte de notoriete,+350 % communauté universelle et succession,+350 % droit de succession entre frere et soeur,+350 % frais succession assurance vie,+250 % succession saison 2,+250 % assurance vie et droits de succession,+170 % frais de succession neveu,+170 % droit de succession neveu,+130 % impot succession,+60 % _ OPTIMISEZ VOTRE BIEN IMMOBILIER AVEC DES TRAVAUX

Immobilier : optimisez votre bien immobilier avec des travaux

Aujourd’hui, votre conseiller EasyGP va évoquer avec vous l’actualité de la gestion de patrimoine, et plus précisément celle du marché de l’immobilier. Comme vous le savez, l’année 2017 a été une année exceptionnelle en termes de transactions immobilières. On compte environ 952.000 transactions (sous couverts des derniers chiffres), dont les ¾ se sont effectuées dans l’ancien et ¼ dans le neuf. De nombreux Français sont devenus propriétaires de leur résidence principale, mais aussi de leur résidence secondaire, et de nombreux investisseurs ont acquis une ou plusieurs résidences locatives.

Que ce soit en location en nue ou en meublé, le nombre de résidences locatives a augmenté significativement sur ces dernières années. Et l’intérêt de la location nue, hormis de pouvoir proposer à ses locataires un bien qu’ils peuvent aménager selon leur convenance, est surtout qu’en cas de travaux, le propriétaire bailleur peut faire ce que l’on appelle du déficit foncier.

Si le total des charges de votre bien loué nu est supérieur à vos recettes donc vos loyers, alors vous pouvez créer ce que l’on appelle du déficit foncier. Nous allons vous expliquer comment bien utiliser la fiscalité pour déduire au mieux vos travaux lors de l’achat d’une résidence locative louée en nu.

Le déficit foncier, l’atout séduction de la location nue

Comme nous vous l’expliquions plus tôt, il faut pouvoir avoir des charges supérieures à ses recettes pour créer un déficit foncier. Les deux principaux leviers afin de créer un déficit sont les travaux et les intérêts d’emprunt. Lorsque vous utilisez le régime de plein droit ou régime réel, les charges foncières et les travaux sont déductibles de vos revenus dans la limite de 10.700€ pour l’année de réalisation. Le surplus éventuel peut être déduits de vos revenus fonciers sur une durée de 10 ans.

DEFICIT-FONCIER-EASYGP

Concernant les intérêts d’emprunt, ils ne peuvent être déduits que de vos revenus fonciers. Toutefois, quand le déficit est composé d’autres charges que les intérêts d’emprunt, alors le déficit s’applique sur l’ensemble des revenus du contribuable. L’ensemble de ces revenus s’appelle le RBG (revenu brut global). Si le déficit s’applique au RBG, alors on dit qu’il est décloisonné.

Les dépenses que vous pouvez déduire correspondent aux travaux d’entretien, de réparation et d’amélioration du confort du locataire, qu’ils soient effectués au sein du bien immobilier comme des parties communes.

Le microfoncier, pour les propriétaires qui touchent des petits revenus

La location nue impose deux types de régimes fiscaux : le micro régime ou de faveur et le régime réel ou de plein droit. La location nue crée des revenus fonciers, le régime de faveur sera donc le micro foncier. Pour en bénéficier, il faut percevoir moins de 15K€ de revenus fonciers par an. Pour les déclarer, il faut le faire sur l’imprimé fiscal 2042. Dans ce cas, le FISC appliquera automatiquement un abattement de 30% correspondant à vos charges et à vos travaux.

microfoncier-easygp

Le régime réel, pour les gros travaux mais aussi les gros revenus

Comme vous l’avez compris, le micro foncier correspond aux personnes qui touchent moins de 15K€ de loyers par an. Mais si comme beaucoup de personnes vous percevez plus que 15.000€, alors vous basculez automatiquement dans le régime réel. L’option est notamment plus avantageuse pour les personnes qui effectuent de lourds travaux dans leur biens loués nus et qui souhaitent bénéficier du déficit foncier, qui n’existe pas via le micro foncier. Mais cette option vous engage pour une durée minimale de 3 ans.

Le régime réel vous permet de déduire de vos revenus fonciers toutes vos charges (intérêts d’emprunts, charges de copropriété, frais de gestion d’une éventuelle agence immobilière, les dépenses d’entretien…). Parmi les travaux déductibles, on compte les travaux d’entretien et de réparation du bien, mais aussi d’amélioration. Vous pouvez par exemple déduire la réfection de votre toit, le ravalement d’une façade de l’immeuble…

revenus-reels-easygp

Les travaux qui ne sont pas déductibles sont les travaux de reconstruction ou d’agrandissement. Ex : vous ne pourrez rien déduire sur l’aménagement de vos combles, la construction d’une véranda... Pensez aussi à faire effectuer vos travaux par des professionnels afin de pouvoir déduire le prix des matériaux mais aussi de la main d’œuvre. Car si vous faites vous-même vos travaux, le FISC ne prendra en compte que le prix du matériel.

Quelques éléments à ne pas négliger.

  • 1) Si vous effectuer des travaux qui entraînent un déficit foncier, vous devez louer votre bien à l’origine du déficit pendant une période de 3 ans à compter de la déduction sur vos impôts.
  • 2) Dans le cas d’une revente, les travaux qui ont fait l’objet d’une déduction fiscale ne seront pas intégrés dans le calcul du prix de revient de la plus value. Et oui, on ne peut gagner partout.
  • 3) Attention, le FISC fait très attention aux sommes déduites. Donc faites attention à déduire le montant TTC des fournitures et des matériaux si vous faites les travaux par vous-même. Si c’est une entreprise, dans ce cas, vous pouvez déduire l’intégralité de la facture.
  • 4) Pour finir, avec le prélèvement à la source qui va commencer en 01/2019, la déductibilité de vos travaux effectué en 2018 sera de 50% pour l’année 2018 et 50% pour l’année 2019.

Vous l’aurez donc compris, l’investissement locatif dans un bien loué nu peut apporter de nombreux avantages en termes de rendement grâce notamment au déficit foncier.

Pour bénéficier de l’expertise patrimoniale EasyGP, contactez un conseiller ici: https://easygestiondepatrimoine.com/contact/#.XAERGej0nIU

Votre conseiller EasyGP

PLACEMENTS _ COMMENT ÉPARGNER LORSQUE L’ON EST LOCATAIRE _

Placements : comment épargner lorsque l’on est locataire ?

Aujourd’hui, votre conseiller EasyGP va évoquer avec vous l’actualité de la gestion de patrimoine, et notamment vous donner quelques conseils sur la gestion de votre patrimoine mais aussi de votre budget.

Propriétaire ou locataire, voici un débat qui risque d’animer longtemps les discussions entre les partisans des deux concepts. En effet, chaque point de vue se vaut. Si vous souhaitez protéger votre famille ou vous-même d’un point de vue patrimonial, il vaut mieux être propriétaire de sa résidence principale. Toutefois, dans certaines villes, le prix de l’immobilier est tellement haut, qu’être locataire peut être une solution plus que bonne. Il faut aussi voir si vous n’avez pas l’occasion d’avoir un logement décent à un prix inférieur à la moyenne des prix classique (HLM, hébergement à titre gratuit, chez les parents ou la famille, 1% patronal…).

Si vous avez choisi d’être ou de rester locataire, une question alors se pose : comment faire pour investir au mieux. Faut – il acheter sa résidence principale quitte à payer plus cher, faut – il diversifier son épargne ? Nous allons vous donner quelques éléments de réponse dans cet article.

Locataires, devenez propriétaires de votre résidence principale !

Lorsque l’on regarde l’OAT française sur 10 ans, c’est-à-dire l’obligation de l’Etat français sur laquelle les taux immobiliers sont calqués, on remarque qu’il est relativement faible. Actuellement, l’obligation française sur 10 ans se négocie autour de 0.80%. Vous comprenez donc bien que les banques qui se calquent sur ce taux ne peuvent se permettre de proposer des taux immobiliers à des prix exorbitants. En conclusion, acheter un bien immobilier n’a jamais été une aussi bonne occasion que ces dernières années.

En effet, le différentiel entre le paiement d’un loyer et le remboursement d’un crédit n’a jamais été aussi fin. La seule exception est en ce qui concerne les grandes villes, notamment Paris, où les prix ont explosés ces dernières années. Mais il est peu probable que cette augmentation soit indéfinie.

Actuellement, on peut trouver des taux autour de 1.40% (hors assurance emprunteur) sur 10 ans, 1.60% sur 20 ans et 1.80% sur 25 ans. C’est donc le bon moment pour investir, car avec des taux faibles, votre capacité d’emprunt augmente mécaniquement.

Investissez sur les marchés financiers

Actuellement, les placements sécurisés type épargne bancaire (Livrets + PEL et comptes à terme) mais aussi la fameuse assurance vie en fonds euros ne rapportent quasiment plus rien. Conséquence, il n’y a plus assez de rendement dégagé pour un investisseur dont le but est la garantie de son capital mais surtout la valorisation sur le long terme.

Il suffit d’observer le rendement des assurances vie en fonds euros sur l’année 2017, avec un rendement net de frais moyen en dessous de 2%. Elle ne fait d’ailleurs que de baisser depuis quelques années et ne réussit pas à battre l’inflation une fois que l’on déduit les prélèvements sociaux (17.2% sur les intérêts générés) en cas de retrait partiel ou total. Lorsque l’on ajoute les frais d’entrée car frais d’entrée il y a, le rendement pourrait être autour de 1.30 – 1.50%.

La solution serait donc de dynamiser une partie de votre épargne long terme sur les marchés financiers. Que ce soit via les unités de compte de l’assurance vie, ou la souscription d’un compte titres / PEA, les marchés sont une bonne solution pour booster le rendement de votre épargne. Afin de le faire dans les meilleures conditions, il est important de comprendre qu’il s’agit d’un investissement sur le long terme (plus de 8 ans) et donc ne pas toucher ou peu à cette partie de votre épargne. Mais il ne faut pas oublier que ce boost peut inclure une part de risque sur le capital.

Une des solutions pour maîtriser votre risque serait de dynamiser votre épargne sur une fraction qui vous correspond (10%, 30%, 50% ou plus). Il faudra penser à mettre à jour votre profil de risque pour que votre prise de risque soit en accord avec le rendement attendu et surtout votre compréhension du risque encouru.

Si vous souhaitez allier sécurité, fiscalité et rendement, alors l’assurance vie est l’enveloppe fiscale qu’il vous faut. Vous pouvez allier la sécurité et la garantie en capital du fonds euros, tout en y ajoutant des parts d’OPC (organisme de placement collectif) sous forme d’unités de compte pour aller chercher du rendement sur les marchés européens et mondiaux. Il est même possible d’investir dans l’immobilier sur son contrat d’assurance vie via les SCPI (parts de sociétés civiles de placement immobilier).

Vous pouvez utiliser la formule suivante : épargne bancaire + épargne financière. Et dans ce cas, il serait intéressant de souscrire à un compte titre ou un PEA. Pour les personnes souhaitant bénéficier des marchés financiers à l’international, le compte titres est l’instrument qu’il vous faut. Si vous ne comptez investir que dans les marchés européens et français, alors il vous faut un PEA (plan épargne en actions).

Devenez propriétaire de votre résidence locative

Avec des taux immobiliers historiquement bas, il est facile de nos jours de devenir propriétaire d’une résidence immobilière. Et pourquoi ne pas acheter votre résidence locative ? Le marché locatif en France devient de plus en plus important et de plus en plus tendus dans certains endroits de France (villes moyennes et grandes agglomérations).

Il peut donc être très intéressant d’investir dans un bien immobilier et de le faire louer à d’autres. Cela vous permettrait d’obtenir un revenu complémentaire pour améliorer votre train de vie ou pour la retraite. C’est aussi l’assurance de voir grandir votre patrimoine privé, via un bien dont le financement ne dépend que de votre capacité de financement. Il est aussi possible de recommencer l’opération jusqu’à ce que la banque vous dise stop.

Il faudra faire attention à bien choisir votre type de gestion. A savoir si vous faites de la location nue, vous vous engagez sur des baux de longue durée (minimum 3 ans) et votre cœur de cible sera différents (familles, jeunes couples…). Tandis que si vous faites de la location meublée, vous toucherez plutôt des jeunes travailleurs, des étudiants, des touristes avec la location courte durée…

Vous comprenez donc assez facilement que le type de gestion vous permet de toucher une cible précise et de bénéficier d’une fiscalité plus ou moins avantageuse. Avec la location nue, vous obtenez un abattement de 30% en optant pour le régime micro foncier. Tandis qu’avec la location meublée, si vous optez pour le régime micro BIC, l’abattement est de 50% et peut aller jusqu’à 71% sur les loyers que vous percevez.

Vous l’aurez donc compris, même en étant locataire, il est possible de dynamiser votre épargne. L’important est de faire les bons choix et de mettre en place la stratégie patrimoniale qui vous ressemble.

Pour bénéficier de l’expertise patrimoniale EasyGP, contactez un conseiller et téléchargez notre dossier spécial « stratégies patrimoniales ».

Will Behejohn

Directeur du cabinet EasyGP

Economie: la confiance des investisseurs étrangers est de retour en France grâce au phénomène Macron

[vc_row][vc_column][vc_column_text]

 
 
Aujourd’hui, votre conseiller EasyGP va évoquer avec vous l’actualité de la gestion de patrimoine, et plus précisément celle de l’économie française. Depuis quelques mois, nous avons un nouveau président : Emmanuel Macron. Personnage controversé au sein de la sphère politique et civile, il est notre président jusqu’en Mai 2022. Lors de la finale de l’élection présidentielle 2017, il était en concurrence avec un autre personnage décrié du système français : Marine Le Pen.
 
Depuis Macron a gagné et a engagé, comme indiqué dans son programme, toute une série de réforme allant du code du travail à celle de la fiscalité des particuliers et des entreprises.
L’élection d’Emmanuel Macron a été perçu comme un signal fort et positif de la part des marchés financiers mais aussi du monde politique international, en général. Et de ce fait, on constate un phénomène plus ou moins nouveau, la confiance des investisseurs étrangers est de retour.
 
On a souvent entendu ces dernières années que la France n’était pas assez attractive pour les entreprises et les particuliers étrangers qui souhaiteraient investir sur le territoire national. Ces derniers temps, la confiance est revenue grâce aux réformes mises en place par le président français. C’est ce que nous allons voir ensemble.

Economie: la confiance des investisseurs étrangers est de retour en France grâce au phénomène Macron

Une confiance retrouvée
 
On voit ces derniers temps, que l’attrait est de retour chez les différents investisseurs étrangers pour le territoire français. Cela grâce aux différentes réformes actées sur le territoire national par le président Macron et son gouvernement. Ce sentiment est partagé par le président de l’entreprise allemande spécialisée dans les hautes technologies, Siemens. C’est un sentiment partagé par Peter Bichara, Président de Siemens France. Il a d’ailleurs partagé ce sentiment devant nombreux dirigeants de sociétés étrangères qui s’étaient réunies au CESE (conseil économique social et environnemental) lors de la 12e édition des états de la France.
 
D’après cet homme influant, le populisme de Mélenchon et le souverainisme de Le Pen représentent des démons effrayants pour les différents investisseurs étrangers et ont donc pour effet de dégrader l’attractivité du pays. Le président de Siemens France a d’ailleurs indiqué que les différentes réformes mises en place par le Président Macron, notamment celle de la loi travail avait eu un effet de rassurement pour les entreprises étrangères, la flexibilité étant une donnée importante pour eux. De plus, les réformes fiscales telles que la baisse de l’impôt sur les sociétés, la Flat Tax ou encore la diminution des charges et la cession d’actifs pour financer l’innovation sont des facteurs importants pour continuer l’entreprise de plébiscite de la France.

L’amélioration du régime des impatriés

 
Le président Macron a aussi décidé d’améliorer significativement le régime des impatriés. D’un point de vue juridique, un impatrié est une personne de nationalité étrangère qui vient travailler dans un pays qui n’est pas le sien, dans le cadre d’une mission très souvent établie dans le temps (1 an, 2 ans, 5 ans…). En simplifiant ce régime juridique, ils permettent aux salariés des firmes étrangères de pouvoir travailler plus facilement sur le territoire français.
 
D’autres progrès ont été faits, notamment en ce qui concerne « les simplifications du secteur financier depuis le Brexit ». Londres et la City étant l’ancienne capitale financière et boursière de l’Union Européenne, avec le Brexit, la France sait qu’elle a une carte à jouer pour attirer le monde de la finance. Toutes ces mesures et annoncent sont donc très bien perçues par les différents chefs d’entreprises étrangères. Et ce sentiment d’attirance se voit à travers les chiffres.
Selon une étude Ipsos réalisée auprès de 200 chef d’entreprises et responsables de sociétés étrangères, de plus de 250 salariés implantés en France, la France serait attractive à 60%, quand elle ne l’était qu’à 46% l’année dernière.
 
On voit donc un effet Macron.
L’effet Macron
 
Que l’on aime ou pas, il faut dire que le président Macron sait mettre les petits plats dans les grands. Il y a quelques jours, il a décidé de réunir pas moins de 140 chefs d’entreprises étrangères à Versailles, juste avant le sommet de Davos, pour montrer à quel point la France est belle et attractive. L’opération séduction était donc bien lancée. Et d’après les chiffres de l’Elysée, les investissements sur 5 ans devraient être d’au moins 3.5 Mds€ et permettre la création de 2200 emplois. Parmi ces entreprises, on compte l’éditeur de logiciel allemand SAP, la société pharmaceutique suisse Novartis et les Américains Facebook et Google.
 
L’industriel automobile japonais Toyota a annoncé un investissement de 300M€, permettant la création de 800 emplois sur son site dans le nord de la France, dont 700 en CDI. On peut donc dire que l’opération séduction qu’a commencé notre président va surement continuer de porter ses fruits, pour le plus grand bonheur de notre pays et / ou de ses détracteurs. 
 
 
 
D’un point de vue boursier, l’attractivité retrouvée de la France devrait se retranscrire sur son indice phare, le CAC40. Il faudra donc penser à lui suivre de très près, tout au long de cette année et des prochaines. 

 

 [/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_single_image image= »2645″ img_size= »full »][/vc_column][/vc_row]