droit succession,100 succession frais,89 droit de succession,82 la succession,79 notaire,78 succession notaire,77 droits succession,73 frais de succession,68 droits de succession,64 assurance vie,52 succession assurance vie,52 donation,34 succession maison,28 heritage,26 heritage succession,23 frais notaire succession,22 frais succession notaire,22 frais de notaire succession,20 frais de notaire,19 succession abattement,18 succession conjoint,17 déclaration de succession,16 abattement,16 renonciation succession,16 renonciation,16 RISING droits de succession 2019,Record droit de succession 2019,Record droit de succession maison principale,Record bareme succession 2019,Record succession season 2,Record succession saison 3,Record impot succession france,Record donation universelle et droits de succession,+2 750 % succession anomale,+2 700 % honoraires notaire succession,+450 % acte de notoriete,+350 % communauté universelle et succession,+350 % droit de succession entre frere et soeur,+350 % frais succession assurance vie,+250 % succession saison 2,+250 % assurance vie et droits de succession,+170 % frais de succession neveu,+170 % droit de succession neveu,+130 % impot succession,+60 % combiner optimisation fiscale et investissements avec succès EASYGP

Placements: combiner optimisation fiscale et investissements avec succès

Aujourd’hui, votre conseiller EasyGP va évoquer avec vous l’actualité de la gestion de patrimoine, et plus précisément va vous donner quelques conseils pour réussir au mieux vos différents investissements.

Comme vous le savez surement, la fiscalité des particuliers en France est une des plus oppressives des pays de l’OCDE. Seul certains pays de Scandinavie font mieux que nous. Les gouvernements successifs depuis une trentaine d’années, limitent le budget de l’Etat et du coup ses prérogatives.

Le gouvernement Macron annonce lui aussi une réduction de la dépense publique afin de baisser son déficit en dessous des 3% comme le demande l’Union Européenne. Une baisse de la dépense publique insinue automatiquement des investissements dans les infrastructures publiques moins importants.

Et avec une fiscalité qui ne fait qu’augmenter au fur et à mesure que le temps augmente, l’Etat a décidé de créer ce que l’on appelle « la carotte fiscale ». Le but, permettre à des particuliers d’investir dans des biens qui avant étaient la prérogative de l’Etat, en échange de réductions ou déductions fiscales. Cela permet donc à l’investisseur particulier de pouvoir placer son épargne dans des projets assez importants, tout en payant moins d’impôt.

C’est à ce moment que n’importe quelle personne peut se poser la question de l’intérêt de ce genre d’investissement, hormis l’aspect réduction fiscale. Nous allons donc voir ensemble quelques clés afin de faire vos investissements d’optimisation fiscale une réussite.

Choisir avec soin son investissement

 

Il existe une dizaine de possibilités d’investir son argent afin de baisser sa facture fiscale à la fin de l’année, voire plus. Les plus connues étant l’investissement locatif en nue de la loi Pinel, l’investissement en meublé de la loi Censi – Bouvard entre autres.

En investissant dans ce genre de placement immobilier, vous réduisez sur le long terme votre impôt sur le revenu, tout en vous créant des revenus (loyers) ainsi qu’un patrimoine via le crédit immobilier.

Toutefois, avant d’effectuer ce genre d’investissement, il est bon de prendre en compte votre situation patrimoniale dans son ensemble. A savoir : votre situation personnelle (mariage, célibat, enfants…), professionnelle (type de revenus et combien), patrimoniale (épargne et profil de risque), vos projets à moyen – long terme, mais surtout la raison pour laquelle vous souhaitez payer moins d’impôt. Car il est rare qu’une personne se réveille un matin en se disant uniquement « j’en ai marre, je paye trop d’impôts ». Il y a toujours une raison derrière cette volonté d’abaisser le niveau d’imposition (payer moins d’impôt pour préparer la retraite, payer moins d’impôt pour augmenter mon niveau de vie, pour me constituer un capital…).

Il faut aussi mettre en évidence qu’une économie d’impôt est toujours inférieure au montant de la somme investie. Que ce soit dans des investissements financiers ou immobiliers, le constat reste le même. L’Etat est prêt à vous faire un cadeau mais il a tout de même besoin de vous pour assurer son budget.

 

Par exemple, pour un investissement en loi PINEL, la réduction d’impôt maximale est de 21% en métropole. Pour un bien meublé en Censi – Bouvard, elle est de 11% sur 9 ans, soit environ 1.23% / an …

 

 

Il faut aussi prendre en compte le prix d’achat et de revente. Par exemple, il est plus rentable d’acheter un bien neuf en dehors du cadre d’un programme Pinel. Beaucoup de personnes oublient ce détail, mais la fiscalité du Pinel s’applique dès lors que le bien est neuf et qu’il répond aux normes BBC. Cela sera donc moins cher d’acheter un bien via un programme de résidences principales plutôt que d’acheter via un programme Pinel.

Il faut aussi considérer la performance passée de votre investissement. Pour ce qui est de l’immobilier, les lois perdurent dans le temps. Pour ce qui est des investissements financiers, il faut y faire très attention. Le risque, les différents frais ainsi que la liquidité du placement sont d’autres éléments dont il faut tenir compte. Ne pas négliger ces données et surtout ne pas penser que le plus important n’est au final que l’avantage fiscal.

Comment combiner les deux en toute sérénité ?

 

Pour se faire, vous aurez besoin d’un conseiller attentif et qui vous aidera à prendre les bonnes décisions en termes d’optimisation fiscale. Cela vous permettra de faire quelques calculs afin de pouvoir mettre en évidence la solution la plus adaptée à votre situation, tout en économisant sur certains frais.

On peut prendre par exemple le cas du PERP. Le PERP est un produit d’épargne spécialement pour la retraite, qui permet en plus d’épargner pour ses vieux jours de réduire l’addition fiscale. Et malgré son intérêt pour la préparation de la retraite, il n’est vraiment utile qu’aux personnes qui sont dans les plus hautes TMI (tranche marginale d’imposition), à partir de 30%. En dessous, l’intérêt fiscal n’est pas très avéré. Dans ce genre de cas, si vous souhaitez payer moins d’impôt, de simples dons ou encore le recrutement de personnel de maison (prof à domicile, personnel pour faire le ménage ou la cuisine) seront amplement suffisant.

Les placements les plus efficaces pour payer moins d’impôt

 

Comme nous vous le disions précédemment, l’utilisation d’un produit d’investissement défiscalisant nécessite la mise en lumière de nombreux éléments comme votre situation patrimoniale / personnelle … mais surtout de votre niveau d’imposition.

En effet, si vous payez par exemple 3000€ d’impôt et que vous êtes célibataire, il existe de nombreuses manières de baisser votre addition à la fin de l’année (dons aux associations / professeur à domicile / société de ménage à domicile / utilisation des frais réels au lieu des 10% de déduction sur les salaires et traitements …).

 

Toutefois, si vous êtes dans une situation où vous pensez que c’en est trop, alors nous vous recommandons de vous pencher sur les produits suivants :

  • PERP ou Retraite Madelin

  • PINEL

  • FCPI / FIP

 

Le PERP et la Retraite Madelin ont pour but de vous faire payer moins d’impôt, tout en vous constituant une épargne pour votre retraite. Cela se fait en fonction de votre TMI comme nous disions plus haut. Ainsi, une personne avec une TMI de 41% ne pourra économiser que 41€ si elle décide de mettre 100€ sur son PERP ou son produit retraite Madelin.

La loi PINEL est la loi de défiscalisation immobilière la plus connue. Elle permet de réduire votre impôt sur le revenu jusqu’à 63.000€ sur 12 ans. Il vous faut acheter un bien immobilier neuf, le faire louer nu (sans meuble) à un locataire dans une zone de « tension locative » (offre de logement largement inférieure à la demande) et sous couvert d’un plafond de revenus à ne pas dépasser.

Les FIP / FCPI permettent d’investir dans l’économie réelle, c’est-à-dire dans des entreprises innovantes ou des PME de votre région. La réduction d’impôt sur le revenu est de 18% dans la limite de 12.000€ pour un célibataire et de 24.000€ pour un couple. L’économie d’impôt se fait en N+1 par rapport à l’investissement. Ainsi, un couple qui investit 20.000€ en 2018, ne pourra économiser que 3600€ sur l’année 2019.

Pour finir, vous pouvez aussi décider d’investir dans un logement ancien, de le rénover et de le mettre en location. Les travaux que vous aurez effectués pourront vous faire profiter du mécanisme du déficit foncier. Si vos charges, par exemple les travaux, dépassent le montant des loyers encaissés, vous pouvez utiliser ce mécanisme. Vous pouvez déduire de votre revenu brut global (ensemble de vos revenus après déduction) jusqu’à 10700€ / an, et ce pendant 6 ans.

La limite de 10700€ s’applique par an et par foyer fiscal. Ce mécanisme ne s’applique uniquement qu’aux biens qui ont pour vocation d’être loués nu, c’est-à-dire sans aucun meuble. De cette manière, vous pouvez acheter un bien ancien en dessous de son prix de vente d’origine, le rénover et le personnaliser, vous constituer un patrimoine immobilier et payer moins d’impôt.

Vous l’aurez donc compris, il est simple et possible de combiner optimisation fiscale et investissement gagnant. Le tout est de prendre en compte votre situation à tout niveau et de bien vous renseigner, avant de faire un investissement non fructueux.

Pour bénéficier de l’expertise patrimoniale EasyGP, contactez un conseiller ici: https://easygestiondepatrimoine.com/contact/#.XAERGej0nIU

 

Votre conseiller EasyGP

 [/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][products columns= »2″ orderby= »title » order= »ASC » ids= »2423, 2411″][/vc_column][/vc_row]

PLACEMENTS _ COMMENT ÉPARGNER LORSQUE L’ON EST LOCATAIRE _

Placements : comment épargner lorsque l’on est locataire ?

Aujourd’hui, votre conseiller EasyGP va évoquer avec vous l’actualité de la gestion de patrimoine, et notamment vous donner quelques conseils sur la gestion de votre patrimoine mais aussi de votre budget.

Propriétaire ou locataire, voici un débat qui risque d’animer longtemps les discussions entre les partisans des deux concepts. En effet, chaque point de vue se vaut. Si vous souhaitez protéger votre famille ou vous-même d’un point de vue patrimonial, il vaut mieux être propriétaire de sa résidence principale. Toutefois, dans certaines villes, le prix de l’immobilier est tellement haut, qu’être locataire peut être une solution plus que bonne. Il faut aussi voir si vous n’avez pas l’occasion d’avoir un logement décent à un prix inférieur à la moyenne des prix classique (HLM, hébergement à titre gratuit, chez les parents ou la famille, 1% patronal…).

Si vous avez choisi d’être ou de rester locataire, une question alors se pose : comment faire pour investir au mieux. Faut – il acheter sa résidence principale quitte à payer plus cher, faut – il diversifier son épargne ? Nous allons vous donner quelques éléments de réponse dans cet article.

Locataires, devenez propriétaires de votre résidence principale !

Lorsque l’on regarde l’OAT française sur 10 ans, c’est-à-dire l’obligation de l’Etat français sur laquelle les taux immobiliers sont calqués, on remarque qu’il est relativement faible. Actuellement, l’obligation française sur 10 ans se négocie autour de 0.80%. Vous comprenez donc bien que les banques qui se calquent sur ce taux ne peuvent se permettre de proposer des taux immobiliers à des prix exorbitants. En conclusion, acheter un bien immobilier n’a jamais été une aussi bonne occasion que ces dernières années.

En effet, le différentiel entre le paiement d’un loyer et le remboursement d’un crédit n’a jamais été aussi fin. La seule exception est en ce qui concerne les grandes villes, notamment Paris, où les prix ont explosés ces dernières années. Mais il est peu probable que cette augmentation soit indéfinie.

Actuellement, on peut trouver des taux autour de 1.40% (hors assurance emprunteur) sur 10 ans, 1.60% sur 20 ans et 1.80% sur 25 ans. C’est donc le bon moment pour investir, car avec des taux faibles, votre capacité d’emprunt augmente mécaniquement.

Investissez sur les marchés financiers

Actuellement, les placements sécurisés type épargne bancaire (Livrets + PEL et comptes à terme) mais aussi la fameuse assurance vie en fonds euros ne rapportent quasiment plus rien. Conséquence, il n’y a plus assez de rendement dégagé pour un investisseur dont le but est la garantie de son capital mais surtout la valorisation sur le long terme.

Il suffit d’observer le rendement des assurances vie en fonds euros sur l’année 2017, avec un rendement net de frais moyen en dessous de 2%. Elle ne fait d’ailleurs que de baisser depuis quelques années et ne réussit pas à battre l’inflation une fois que l’on déduit les prélèvements sociaux (17.2% sur les intérêts générés) en cas de retrait partiel ou total. Lorsque l’on ajoute les frais d’entrée car frais d’entrée il y a, le rendement pourrait être autour de 1.30 – 1.50%.

La solution serait donc de dynamiser une partie de votre épargne long terme sur les marchés financiers. Que ce soit via les unités de compte de l’assurance vie, ou la souscription d’un compte titres / PEA, les marchés sont une bonne solution pour booster le rendement de votre épargne. Afin de le faire dans les meilleures conditions, il est important de comprendre qu’il s’agit d’un investissement sur le long terme (plus de 8 ans) et donc ne pas toucher ou peu à cette partie de votre épargne. Mais il ne faut pas oublier que ce boost peut inclure une part de risque sur le capital.

Une des solutions pour maîtriser votre risque serait de dynamiser votre épargne sur une fraction qui vous correspond (10%, 30%, 50% ou plus). Il faudra penser à mettre à jour votre profil de risque pour que votre prise de risque soit en accord avec le rendement attendu et surtout votre compréhension du risque encouru.

Si vous souhaitez allier sécurité, fiscalité et rendement, alors l’assurance vie est l’enveloppe fiscale qu’il vous faut. Vous pouvez allier la sécurité et la garantie en capital du fonds euros, tout en y ajoutant des parts d’OPC (organisme de placement collectif) sous forme d’unités de compte pour aller chercher du rendement sur les marchés européens et mondiaux. Il est même possible d’investir dans l’immobilier sur son contrat d’assurance vie via les SCPI (parts de sociétés civiles de placement immobilier).

Vous pouvez utiliser la formule suivante : épargne bancaire + épargne financière. Et dans ce cas, il serait intéressant de souscrire à un compte titre ou un PEA. Pour les personnes souhaitant bénéficier des marchés financiers à l’international, le compte titres est l’instrument qu’il vous faut. Si vous ne comptez investir que dans les marchés européens et français, alors il vous faut un PEA (plan épargne en actions).

Devenez propriétaire de votre résidence locative

Avec des taux immobiliers historiquement bas, il est facile de nos jours de devenir propriétaire d’une résidence immobilière. Et pourquoi ne pas acheter votre résidence locative ? Le marché locatif en France devient de plus en plus important et de plus en plus tendus dans certains endroits de France (villes moyennes et grandes agglomérations).

Il peut donc être très intéressant d’investir dans un bien immobilier et de le faire louer à d’autres. Cela vous permettrait d’obtenir un revenu complémentaire pour améliorer votre train de vie ou pour la retraite. C’est aussi l’assurance de voir grandir votre patrimoine privé, via un bien dont le financement ne dépend que de votre capacité de financement. Il est aussi possible de recommencer l’opération jusqu’à ce que la banque vous dise stop.

Il faudra faire attention à bien choisir votre type de gestion. A savoir si vous faites de la location nue, vous vous engagez sur des baux de longue durée (minimum 3 ans) et votre cœur de cible sera différents (familles, jeunes couples…). Tandis que si vous faites de la location meublée, vous toucherez plutôt des jeunes travailleurs, des étudiants, des touristes avec la location courte durée…

Vous comprenez donc assez facilement que le type de gestion vous permet de toucher une cible précise et de bénéficier d’une fiscalité plus ou moins avantageuse. Avec la location nue, vous obtenez un abattement de 30% en optant pour le régime micro foncier. Tandis qu’avec la location meublée, si vous optez pour le régime micro BIC, l’abattement est de 50% et peut aller jusqu’à 71% sur les loyers que vous percevez.

Vous l’aurez donc compris, même en étant locataire, il est possible de dynamiser votre épargne. L’important est de faire les bons choix et de mettre en place la stratégie patrimoniale qui vous ressemble.

Pour bénéficier de l’expertise patrimoniale EasyGP, contactez un conseiller et téléchargez notre dossier spécial « stratégies patrimoniales ».

Will Behejohn

Directeur du cabinet EasyGP

Zoom sur le Pack Immo _ ou comment sublimer l'investissement préféré des Français

Zoom sur le Pack Immo : sublimer l’investissement préféré des Français

Futur partenaire EasyGP, depuis quelques mois, nous préparons notre offre de services concernant la gestion de patrimoine. Il nous a fallu du temps pour trouver les meilleurs partenaires du marché et les meilleures offres accessibles, personnalisables et modernes.

Dans ce cours article, EasyGP, va vous expliquer en quoi notre offre vous correspond et ce que vous gagnerez à travailler avec nous sur le long terme. Dans cet article, nous parlerons de notre offre d’investissement pour les investisseurs immobiliers, le Pack Immo.

Zoom sur le Pack Immo _ ou comment sublimer l'investissement préféré des Français

Les raisons de la création de ce pack

 

Ces dernières années, vous avez dû entendre que le marché de l’immobilier se porte à merveille. Pour quelle raison ? Les taux d’intérêts sur les crédits immobiliers proposés par les établissements bancaires sont à un taux historiquement bas. De ce fait, de nombreuses personnes ont décidé d’acquérir leur résidence principale. Car le cout du crédit (mensualité) s’avère très souvent en ce moment être inférieur à celui de leur loyer. C’est donc une opportunité unique pour de nombreux Français.

Comme beaucoup de personnes, tu as surement un Livret A sur lequel tu mets tes économies. Tu possèdes aussi surement d’autres livrets, ou encore un PEL. Tu n’es pas sans savoir que le Livret A possède un taux de rémunération de 0.75% net d’impôts et dont celui – ci ne bougera pas avant 2020. Si tu possèdes d’autres livrets, les rendements moyens sont autour de 1% brut (hors imposition). Le seul placement qui était encore intéressant jusqu’il y a quelques temps était le PEL.

 

Le cout du crédit (mensualité) s’avère très souvent en ce moment être inférieur à celui de leur loyer.

 

Ce placement sans risque te permettait de pouvoir épargner de manière régulière sur un compte dont le taux était connu à l’avance dès lors que tu ne le cassais pas avant 4 ans. Le taux de ce placement est dorénavant de 1% brut (0.70% net d’impôts). Il est donc moins intéressant que le Livret A.

Le gouvernement a décidé d’inciter les Français à investir sur les marchés financiers qui apportent plus de rendement, en acceptant une certaine prise de risque. Mais il est possible d’aller chercher du rendement ailleurs que les marchés financiers, le marché français de l’immobilier peut t’apporter ce que tu recherches.

 

La grande majorité du patrimoine privé des Français (environ 65 – 70%) est placé en immobilier. Que ce soit pour l’achat de sa résidence principale, l’investissement locatif ou encore la réduction de sa fiscalité, l’immobilier reste le véhicule d’investissement préféré des Français.

Nous avons créé ce pack d’accompagnement car nous considérons que toute personne a droit à un conseil en investissement digne de ce nom. De nombreuses personnes s’intéressent, et de plus en plus tôt, à leurs finances personnelles.  Avec des sujets importants tels que la retraite ou encore le pouvoir d’achat, investir dans l’immobilier peut permettre d’améliorer son pouvoir d’achat via l’augmentation de ses revenus.

L’accompagnement par EasyGP

 

EasyGP a donc créé le Pack Immo, la première offre de conseil en investissements immobiliers accessible à tous. Ce pack d’accompagnement est de 800€ la première année, puis il y aura une réduction de 50% dès la 2e année. Il ne te coutera donc que 400€ à partir de la 2e année et ce jusqu’à la fin de notre relation commerciale. Ce prix correspond au conseil (frais de recherche des différents biens, analyse de la demande locative, analyse économique de la ville ou de la région…). Des frais supplémentaires te seront demandés dans le cadre de l’achat du ou des différents biens immobiliers. Ce pack s’adresse donc à des personnes qui souhaitent investir massivement sur le marché immobilier.

Nous considérons que toute personne a droit à un conseil en investissement digne de ce nom

Nous cherchons à établir une relation sur le long terme avec toi afin que tu puisses nous exprimer tes différents besoins en termes de finances personnelles. Mais surtout, nous souhaitons te faire gagner de l’argent. Notre accompagnement se compose de ces services :

 

  • L’établissement de ton bilan patrimonial : le bilan patrimonial correspond à « une photographie » de ton patrimoine et toutes ses conséquences. On y trouve notamment le montant de tes économies, leur rendement (taux d’intérêt), ta situation professionnelle (CDI / CDD / chômage…), matrimoniale (célibataire, en couple, marié, pacsé), personnelle (si tu as des frères et sœurs, tes parents, tes grands parents…). Mais aussi, les conséquences qu’elles peuvent avoir sur toi (ce qui se passerait en cas de décès, en cas de divorce, si tu donnais de l’argent à ta famille / tes proches…).

 

  • Le conseil en investissements immobiliers : les produits immobiliers sont parmi les investissements rapportent le plus de rendement. Mais avec tous les produits existants et les informations qui circulent, il est simple de vite se perdre. Ton conseiller EasyGP sera présent pour te conseiller au mieux afin d’obtenir des revenus en fonction de tes objectifs.

 

  • La création de ta stratégie d’investissement : comme tu es unique, on ne peut te proposer une stratégie générale. Nous allons donc faire ensemble ton profil de risque afin de savoir le type de risque que tu acceptes de prendre. En fonction du résultat, nous allons te proposer des investissements immobiliers en rapport avec ce profil. Avec cette allocation qui t’est unique, tu pourras comprendre et voir l’évolution de cette stratégie. Mais surtout en voir l’impact en termes de rendement. SCPI, OPCI, investissement en résidences étudiantes ou seniors, gestion déléguée ou biens gérés par toi, nous verrons ensemble ce qui est le mieux pour toi.

 

  • Le suivi régulier de tes investissements : afin de fonder une relation sur le long terme, il est important de te faire gagner de l’argent. Mais il est surtout important que tu sentes que tu es suivi. Ton conseiller EasyGP te contactera donc régulièrement (1 fois tous les 3 mois) et te rencontrera au moins une fois par an afin de faire un point sur les économies que tu nous auras confié. Nous ferons avec toi quelques calculs afin que tu voies combien tu as gagné à la fin de l’année, notamment avec l’impact des impôts.

 

  • -20% sur la tarification immobilière : notre but est de te faire gagner de l’argent. Et à ce titre, nous avons décidé d’appliquer des prix en termes d’achat et vente immobilière plus bas que la moyenne des agents immobiliers traditionnels. En souscrivant au Pack Immo, tu réduis de 20% ces frais. Investir sur un bien rentable en termes de revenus et de plus – values ne te coutera donc pas des sommes faramineuses.

 

  • L’accès aux meilleurs taux pour vos crédits : en tant que courtier en crédits immobiliers, nous mettons notre expertise à ton service afin d’obtenir les meilleures conditions de financement de ton bien immobilier.

 

  • L’aide à la déclaration d’impôts : tu as placé de l’argent et grâce à l’accompagnement de ton conseiller EasyGP, tu as gagné de l’argent. Il faut savoir que l’Etat et le FISC ne sont jamais très loin, et encore plus lorsque l’on gagne de l’argent. Ton conseiller EasyGP t’aide à déclarer les revenus et gains que tu auras perçu dans le cadre du Pack Immo.

 

  • La présentation d’opportunités sur le marché immobilier : un des problèmes que beaucoup de clients bancaires ont est qu’ils ont l’impression d’être contactés pour des offres qui ne leur profitent pas. Il est rare qu’un conseiller appelle un client pour lui dire « j’ai un produit qui pourrait vous faire gagner de l’argent ». Chez EasyGP, nous tenons à ce que nos clients profitent de notre conseil et augmentent leurs revenus. Tu seras donc tenu au courant de toute opportunité sur le marché immobilier et la zone d’investissement qui t’intéresse.

 

  • L’abonnement à EasyBlog : tu fais partie de nos clients privilégies et à ce titre, tu recevras une newsletter hebdomadaire avec l’ensemble des articles et vidéos publiés sur notre site mais aussi sur notre page Facebook.

 

 

Tu l’auras donc compris, souscrire au Pack Immo, c’est la possibilité pour toi d’investir sur le marché de l’immobilier et de profiter du conseil d’un expert en immobilier. Tous les services de la gestion de patrimoine adapté à une clientèle d’investisseurs, qu’ils soient novices ou avertis.

 

 
Si tu as besoin de plus d’information, n’hésites pas à laisser tes coordonnées ici :

OBTENIR PLUS D'INFOS EASYGP

 [/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][product id= »2424″][/vc_column][/vc_row]

IMMOBILIER FISCALITÉ _ VERS LA FIN POSSIBLE DU PINEL ET DE LA LOCATION MEUBLÉE _

Immobilier / fiscalité : vers la fin possible du PINEL et de la location meublée ?

Aujourd’hui, votre conseiller EasyGP va évoquer avec vous l’actualité de la gestion de patrimoine, plus précisément celle du marché de l’immobilier et de sa fiscalité.

Comme vous le savez, l’immobilier est le bien patrimonial le plus taxé en France. En effet, on ne compte plus toutes les taxes et impôts affectés à l’immobilier (impôt sur le revenu, impôt sur la fortune immobilière, taxe foncière et d’habitation, impôt sur la plus – value…).

Un des moyens de pouvoir augmenter ses revenus locatifs tout en maitrisant sa fiscalité est d’utiliser la loi PINEL ou encore la location meublée.

 

La loi PINEL permet d’obtenir une réduction sur l’impôt sur le revenu en investissant dans un bien neuf répondant à certains critères (bâtiments basse consommation, critères de revenus pour le locataire, un plafond pour le loyer, critères d’emplacement pour le bien avec les zones Abis / A et B1). Il existe surtout une limite concernant la réduction d’impôt, un particulier ne peut acheter que 2 biens maximum par an et la limite de prix s’arrête à 300.000€. Au – dessus, la réduction d’impôt ne s’applique pas. Le PINEL n’a donc pas pour but de pouvoir créer du rendement et des revenus fonciers importants mais bien de pouvoir acquérir un bien neuf et obtenir une réduction d’impôt.

easygp-investir-loipinel-proprietaire-reductiondimpot

La location meublée, contrairement au PINEL, permet d’obtenir un rendement et des revenus locatifs importants en proposant au locataire un bien entièrement meublé et disponible immédiatement pour son occupation.

Toutefois, le gouvernement Macron qui n’est pas très tendre avec le marché de l’immobilier, vient de lancer un comité d’expert (le Comité Cap 22) afin de pouvoir trouver des pistes pour faire des économies sur les finances publiques et comme prévu, le marché de l’immobilier n’a pas été épargné. C’est ce que nous allons voir dans cet article.

Le PINEL et le meublé, des dispositifs fiscaux inutiles selon le rapport ?

 

La semaine du 04/08/2018 se tenait la réunion du comité d’expert CAP 22. La mission de ce comité était de « mener une profonde revue des missions et dépenses de l’ensembles des administrations publiques ». Le rapport est tombé et le logement a fait l’objet de plusieurs sollicitations de la part du comité.

(Voir à partir de 1m49)

Tout d’abord, la commission a constaté que dans les zones dites « tendues », c’est-à-dire où la demande de logements neufs est bien supérieure à l’offre, il y a « un empilement » des différents dispositifs fiscaux (LMNP / PINEL / Malraux entre autres). Cela a pour effet d’augmenter la hausse des prix de l’immobilier dans ces zones au lieu de les baisser comme cela est censé être prévu.

Un autre constat a été fait. La qualité des logements dans les villes de petite et moyenne taille est loin d’être la meilleure. Il faudrait donc selon le rapport du comité, améliorer la qualité de ces logements afin de pouvoir se réapproprier les logements anciens de ces villes et donc limiter « l’étalement urbain ».

Une fois que les constats ont été faits, plusieurs solutions ont été mises en avant afin de « fluidifier le marché » et de limiter le cout de la politique publique. Parmi ces solutions, on compte notamment :

 

  • La suppression des régimes d’exception comme le PINEL et la location meublée non professionnelle (LMNP) dans les zones tendues car ils favoriseraient le rendement trop important des propriétaires fonciers voire la rente de ceux – ci au lieu d’augmenter l’offre de biens en location.
  •  
  • La fin de l’imputation des déficits fonciers sur les autres revenus et la fin de la déduction des intérêts d’emprunt sur le revenu brut global (RBG). La création d’un régime de droit commun unique pour les investisseurs qui autorise la déduction des charges de propriété et d’amortissement.
  • L’élargissement du régime micro – foncier avec une assiette effective de 30.000€ au lieu de 15.000€ et une déduction forfaitaire de 35% à la place de 30%.

Les solutions mises en avant pourraient permettre une économie de 3Mds€ chaque année pour les pouvoirs publics. Il ne s’agit que d’un rapport, donc il faudra attendre le nouveau projet de loi de finances en automne 2018 pour savoir si ces préconisations auront été prises en compte.

 

Vous l’aurez donc compris, il y a aura probablement des changements dans la fiscalité locative immobilière. Le gouvernement du président Macron souhaite profondément réformer l’économie française et le marché de l’immobilier n’en fait pas exception.

 

Pour bénéficier de l’expertise patrimoniale EasyGP, contactez un conseiller ici: https://easygestiondepatrimoine.com/contact/#.XAERGej0nIU

 

[/vc_column_text][products columns= »4″ orderby= »title » order= »ASC » ids= »2424, 2411″][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_single_image image= »2645″ img_size= »full »][/vc_column][/vc_row]

easygp-immobilier-loipinel-lmnp

Immobilier: que choisir entre le Pinel et le LMNP ?

[vc_row][vc_column][vc_column_text]

 
 
Aujourd’hui, votre conseiller EasyGP va évoquer avec vous l’actualité de la gestion de patrimoine, et notamment celle du secteur de l’immobilier, véritable pilier de l’investissement des particuliers français. Comme vous avez pu le voir ces dernières années, la crise de 2008 a eu pour effet de déstabiliser fortement les économies mondiales, et dans notre cas celle de la France. L’Europe, sous l’impulsion du président du BCE, a décidé d’abaisser fortement les taux directeurs.

Pour quelles conséquences ? 

 
Cela a eu pour conséquence que les banques commerciales achetaient de l’argent peu cher à la BCE, et donc le prêtait aussi à des taux historiquement bas. Les taux long terme, notamment ceux de l’immobilier et des crédits aux entreprises ont donc vu leur taux baisser de manière drastique. 
 
Ne manquant pas cette opportunité, des milliers de particuliers français ont attaqué massivement le marché de l’immobilier, dopant au passage le marché de la construction. Que ce soit pour de l’investissement dans l’ancien ou dans le neuf, les transactions immobilières n’ont jamais connu un tel pique d’activité.
 
Certains particuliers ont décidé de gérer leurs biens immobiliers avec de la location nue, c’est-à-dire sans meuble, dans le neuf comme dans l’ancien. Ceux qui ont investi dans des biens immobiliers neuf ont la chance de pouvoir bénéficier de l’avantage fiscal lié à la loi Pinel, qui permet une économie d’impôt sur une période de maximum de 12 ans, en l’échange de la location d’un bien neuf à un locataire pendant une période minimale de 6 ans et dont les ressources ne dépassent pas un certain plafond.
 
D’autres ont préféré louer leur bien meublé, via la gestion LMNP (loueur meublé non professionnel). Les deux régimes ont des avantages comme des inconvénients, et beaucoup de personnes se posent la question duquel choisir. Nous allons donc tenter de voir ensemble les différents avantages de chacun.

Deux statuts bien distincts

 
Comme nous le disions précédemment, investir dans un logement neuf et obtenir une réduction fiscale grâce à la loi Pinel, vous permet de réduire vos impôts. C’est l’avantage principal de ce genre d’investissement. L’acheteur du bien doit donc bien comprendre que le but n’est pas d’obtenir un rendement important, surtout à cause du plafonnement du loyer qui dépend des différentes zones. Un bailleur en Pinel ne peut s’attendre à obtenir le même rendement qu’un autre investisseur, à bien et caractéristiques identiques. Le rendement est donc faible dans le cadre d’un bien Pinel.

easygp-loi-pinel-location-bien-benefices

Le statut LMNP est différent du Pinel, car le bien est cette fois ci meublé. Vous pouvez très bien acheter un bien vide et le meubler vous-même en respectant le décret n°2015 – 981 concernant les meubles minimums à avoir pour qu’un bien soit considéré conforme en termes de location meublée, ou alors investir et acheter un bien neuf et déjà meublé dans une résidence de services type résidences étudiantes / séniors / EHPAD / tourisme).
 
En se faisant, vous pourrez aussi bénéficier d’une loi de réduction fiscale immobilière, la loi Censi – Bouvard. Celle-ci vous permet de réduire votre imposition de 11% en 9 ans (soit environ 1.23% / an), sur le montant du bien que vous avez acheté. Le plafond d’investissement est de 300.000€, tout comme pour le Pinel.
 
Avec les taux bancaires au plus bas, et une épargne bancaire ne rapportant quasiment rien, tous les ingrédients sont présents pour dynamiser le rendement de l’immobilier. Il suffit toutefois de choisir le type de gestion qui vous convient et qui vous permettra potentiellement de combiner rendement et optimisation fiscale.

Location nue et réduction fiscale, gloire au Pinel

 
 
 
L’investissement locatif via la loi Pinel vous permet de réduire votre impôt sur le revenu, avec une réduction pouvant aller jusqu’à 21% de la valeur de votre bien plafonné à 300.000€, sur une période de 12 ans. Vous pouvez donc effacer de votre impôt jusqu’à 63.000€ en 12 ans. Ce type d’investissement locatif s’adresse donc à des personnes avec un taux de fiscalité assez agressif.
 
Avec une aversion face à l’impôt que l’on peut voir chez de nombreux particuliers en France, les vendeurs et promoteurs de ce genre de bien ont travaillé leur communication afin de pouvoir toucher ce cœur de cible si particulier. Néanmoins, en termes de rendement locatif, on est loin de ce qu’un investisseur en location nue classique pourrait toucher.
 
En termes de chiffres, un « bon Pinel » peut vous offrir jusqu’à 4% de rendement brut, tout cela car les loyers sont réduits. Mais une fois que l’on déduit les différentes charges en lien avec la location du bien (copro, assurance propriétaire non occupant, garantie loyers impayés, entretien, taxe foncière et surtout imposition sur les loyers), on se retrouve avec un rendement net d’impôt plus proche de 1% que des 4% de rendement brut.
 
Ainsi, l’investissement locatif en Pinel n’est donc pas là pour obtenir du rendement, le but premier est bien la réduction fiscale. Toutefois, l’investissement Pinel n’est pas forcément un mauvais deal. En effet, de nombreuses personnes ne voient que l’effet immédiat du Pinel et donc le manque de rendement de ce type d’investissement.
 
En revendant votre bien, en l’occupant à titre de résidence principale ou secondaire, ou en le mettant en location nue ou meublée cette fois ci, il est possible de doper le rendement de votre bien immobilier. La réussite de votre investissement Pinel dépend donc ce que vous comptez en faire à la fin de l’avantage fiscal (12 années maximales).
 
Lors de la revente de votre bien, si vous avez consommé tout l’avantage fiscal possible, le nouvel acheteur s’attendra forcément à un bien moins cher que vous l’avez payé. Pour limiter la marge de négociation et la chute de votre futur montant de revente, il est important d’investir dans des villes ou des endroits où les différents projets locaux laissent entrevoir un avenir radieux. Il est même possible d’effectuer une plus-value, il faut donc bien se renseigner avant d’acheter votre bien.

Location meublée et réduction d’impôt, vive le LMNP

 
Contrairement au Pinel, le LMNP et la loi Censi – Bouvard vous permet d’obtenir un bon rendement. Premièrement, grâce à des rendements initiaux supérieurs à ceux du Pinel. En effet, en investissant dans une résidence de services via le Censi – Bouvard, il n’y a pas de plafonnement des loyers et des ressources. Tout cela est géré selon le bon vouloir de l’offre, de la demande et surtout du gestionnaire de la résidence.

easygp-lmnp-immobilier-achat-locataire

Ensuite, les différentes charges sont largement moins importantes que pour un bien Pinel (frais de nettoyage, d’entretien…) car cela se fait à plus grande échelle, les frais sont donc mutualisés et réduits via l’économie d’échelle. Toutefois, attention à ces frais qui sont plus faibles que ceux d’un Pinel, mais en comparaison avec un bien meublé loué et géré soi-même, les frais sont tout de même très élevés.
 
D’où la différence de revenus et de rendements générés entre un bien dans une résidence de services et un autre géré soi-même. On constate aussi que dans une résidence de services, la taxe foncière est aussi moins importante que pour un bien Pinel ou meublé géré soi-même. Avec un rendement brut tournant autour de 4% aussi pour un bien dans une résidence, on arrive à un rendement net de frais autour de 3.5% en moyenne. A vous ensuite de déduire vos impôts afin d’avoir le rendement net d’impôt.
 
Pour ce qui est de la fiscalité, l’avantage principale de ce type d’investissement est que cela vous permet de garder la majorité de vos revenus, on parle donc là « d’un revenu non fiscalisé ». Car lorsque l’on déduit les différents amortissements, on obtient un rendement net d’impôt 3 fois plus important que celui du Pinel. Toutefois, en choisissant l’avantage fiscale lié à la loi Censi – Bouvard, on perd l’avantage correspondant aux amortissements et donc la non fiscalisation des revenus locatifs.
 
Et c’est ici que le LMNP sort du lot car lors de la revente du bien, le nouvel acheteur bénéficie d’un faible niveau de charges et l’amortissement fonctionne toujours. Il peut donc toujours profiter de la non fiscalisation des revenus.
 
Ainsi, comme vous l’aurez compris, les deux régimes permettent d’obtenir des rendements locatifs intéressants en plus d’un avantage fiscal indéniable dans les deux cas. Que ce soit dans un bien neuf loué nu ou meublé, vous pouvez profiter des avantages de chacun afin de vous créer un patrimoine de qualité.
Pour bénéficier de l’expertise fiscale EasyGP, contactez un conseiller ici: https://easygestiondepatrimoine.com/contact/#.XAERGej0nIU

[/vc_column_text][/vc_column][vc_column][vc_single_image image= »2645″ img_size= »full »][/vc_column][/vc_row]

EASY-GP-immobilier-réduction-impot-fortune-immobiliere

Immobilier: comment réduire l’impact du nouvel impact sur la fortune immobilière ?

Aujourd’hui, votre conseiller EasyGP va évoquer avec vous l’actualité de la gestion de patrimoine. Nous allons nous attarder plus précisément sur le cas de la fiscalité immobilière, et notamment celle du nouvel impôt sur la fortune immobilière.

En effet, comme vous devez surement le savoir, en cette fin d’année 2017, le gouvernement sous l’impulsion du Président Macron, a changé fortement la fiscalité du patrimoine en France. Livrets, actions, produits financiers, immobilier, tout y est passé avec notamment la nouvelle réglementation fiscale de 2018 plus connue sous le nom de « Flat Tax ».

Une des nouveautés de cette nouvelle réforme de la fiscalité est la transformation de l’ancien ISF (impôt solidaire sur la fortune) en IFI (impôt sur la fortune immobilière). Le texte reste quasiment identique par rapport à l’ancien ISF (abattement de 30% sur la résidence principale entre autres). Et même si l’assiette d’imposition devient automatiquement moins importante car ne se concentre uniquement sur l’immobilier, la facture peut tout de même devenir rapidement salée. Nous allons donc voir ensemble comment la réduire autant que possible.

Investissement dans l’économie de proximité

 

Tout d’abord comme dans l’ancien ISF, les biens immobiliers professionnels (utiles à une entreprise) ou pour les propriétaires bailleurs dans le cadre de la fiscalité du LMP (location meublée professionnelle), ne vous inquiétez pas. Cette partie de votre patrimoine immobilier ne sera pas assujetti au nouvel IFI. Dans le cas de l’immobilier professionnel, il faut que les contribuables détiennent moins de 10% du capital de la société. Ce seuil est valable pour le foyer fiscal dans son ensemble.

Pour ceux qui souhaitent contribuer au développement de l’économie française, tout en évitant de donner trop d’argent au FISC, une solution : l’investissement dans l’économie réelle via les FIP (fonds d’investissement de proximité) et les FCPI (fonds commun de placement dans l’innovation). Il y a quelques temps, il était encore possible de pouvoir investir dans des PME afin de pouvoir bénéficier d’une réduction de son ISF. La réforme a enlevé cette possibilité. Du coup, les FIP et FCPI restant disponibles, il faut les exploiter au mieux.

Avec les FIP spéciales IFI, le souscripteur soutient directement des PME régionales. Cela permet de déduire de son IFI jusqu’à 50% de la somme investie dans des PME éligibles. Ainsi, chaque foyer fiscal potentiellement éligible à l’IFI et qui investit dans ce genre de placement d’optimisation fiscale, peut réduire son addition d’un montant maximal de 18.000€. La réduction IFI étant de 50%, il est donc intéressant de ne pas dépasser le seuil de 36.000€ afin de bénéficier de la réduction d’impôt. Le taux de réduction de l’IFI dépend du taux de PME éligibles dans le fonds. Le minimum étant de 70%.

Comment réduire l'impact du nouvel impact sur la fortune

La réduction d’IFI est possible mais en contrepartie, il y a un engagement de la part du souscripteur de garder cet investissement pendant une période minimale (souvent 5 ans), il y a aussi acceptation d’un risque de perte en capital. En ce qui concerne les FCPI, le fonctionnement est identique. Les personnes assujetties à l’IFI peuvent réduire leur imposition à hauteur de 50% du montant du versement placé dans le FCPI. Avec ce genre de placement, il est possible d’investir dans l’économie de proximité française tout en réduisant son impôt sur la fortune immobilière.

Soyez généreux, faites des dons !

 

A ce niveau, le nouvel impôt sur la fortune immobilière ne change pas, il est toujours possible de faire des dons pour réduire son imposition. Il faut que ces dons soient faits pour des associations ou organismes d’intérêt général à but non lucratif. La réduction d’IFI correspond à 75% du montant des sommes versées à l’organisme et ne peut pas dépasser 50.000€ par foyer fiscal.

Comment réduire l'impact du nouvel impact sur la fortune

Pour ce qui est des organismes éligibles aux différents dons, on trouve notamment : l’agence nationale de la recherche, les fondations reconnues d’utilité publique (ex : la fondation de France ou la cité internationale des arts), les chantiers et ateliers d’insertion…

Le démembrement

 

Une des astuces permettant de ne pas être trop imposé par le nouvel IFI est le démembrement. Le démembrement est une technique juridique qui consiste à séparer en 2 les droits d’une personne sur un bien. Lorsque l’on est propriétaire d’un bien, on dit que l’on est en pleine propriété. C’est-à-dire qu’on dispose des 3 droits élémentaires par rapport à ce bien : usus (le droit d’utiliser), abusus (le droit de disposer de la chose, la donner, la vendre, la détruire) et fructus (le droit d’en tirer les fruits).

Lorsqu’il y a démembrement, on a d’un côté usus et fructus et de l’autre côté abusus. Quand on possède abusus, on dit que l’on est nu-propriétaire. Quand on possède usus et fructus, on dit que l’on est usufruitier. Et l’un des intérêts du démembrement est que c’est l’usufruitier, c’est-à-dire celui qui vit dans la maison ou celui qui touche les loyers en cas de location, qui voit la valeur du bien entrer dans son IFI. Le démembrement étant le partage des droits entre deux personnes, la valeur du bien immobilier assujetti à l’IFI est divisée entre les deux personnes en fonction d’une certaine cote part. Cette cote part dépend de l’âge des deux personnes (voir tableau démembrement).

Prenons un exemple rapide.

Comment réduire l'impact du nouvel impact sur la fortune

Mr X a une résidence locative d’une valeur de 600.000€ situé sur Paris. Il a une fille et souhaite l’aider à financer ses études grâce aux loyers générés par la résidence locative. Il a 52 ans et sa fille 19.

Valeur du bien : 600000
Age du donateur : 52 ans
Valeur de la nue-propriété = 50% * 600000 = 300000

Mr X n’ajoutera à sa déclaration IFI que 300.000€ dans le cadre de sa résidence locative. Sa fille aura un patrimoine immobilier d’une valeur de 300.000€, qu’elle devra déclarer au FISC.

Vous voyez donc grâce à cette technique, Mr X peut diminuer la valeur de son patrimoine immobilier taxable et donc payer moins d’impôt.

Diversifiez vos actifs !

 

Le nouvel impôt sur la fortune immobilière ne s’attaque plus qu’au placement préféré des Français, l’immobilier. Tous les autres biens ne sont plus taxés désormais. C’est donc une claire incitation à la diversification. Ainsi, les œuvres d’art, bois et forêts, vignes et l’ensemble des placements financiers sont exonérés. Sauf l’assurance vie, dès lors qu’il y a de l’immobilier sur le contrat (SCPI et OPCI).

Pensez donc à diversifier et à ne pas tout investir dans l’immobilier. Déjà pour éviter une imposition trop importante (IR, IFI, PS et CSG) et surtout pour éviter le risque marché. En effet, des lors que tout un patrimoine est essentiellement composé d’un seul type de placement (financier, immobilier, or, art…), il y a un risque qu’en cas de dévaluation de ce type d’actif, la personne perde tout ou une grande partie de son patrimoine.

On peut penser notamment aux nouveaux investisseurs de l’immobilier qui ne jurent que par cela. En cas de bulle immobilière, de nombreux patrimoines se verraient frappés par ce phénomène, les taux d’endettement augmenteraient drastiquement, les réserves seraient fortement entamées… ce qui peut aboutir parfois à la vente forcée du bien et donc à la disparition du patrimoine. Il faut donc penser à bien diversifier son patrimoine pour profiter des avantages de chaque classe d’actifs, gagner en rendement et optimiser la fiscalité. Avec tous ces conseils, vous avez de nombreuses solutions pour réduire la facture de votre prochain IFI.

Pour bénéficier de l’expertise fiscale EasyGP, contactez un conseiller ici: https://easygestiondepatrimoine.com/contact/#.XAERGej0nIU

 
 
easygp-immoblier-locatif-saisonnier

Immobilier: ce qui change pour la location meublée et saisonnière en 2018

[vc_row][vc_column][vc_column_text]

 
Aujourd’hui, votre conseiller EasyGP va évoquer avec vous l’actualité de la gestion de patrimoine, et notamment celle du marché immobilier, véritable pilier de l’investissement pour de nombreux particuliers. Comme vous le savez, ces derniers temps, le marché de l’immobilier a connu une période de croissance des plus importantes. Notamment grâce au cout faible des financements immobiliers. En conséquence, de nombreux investisseurs particuliers ont décidés d’investir dans leur résidence principale, mais aussi locative.
 
Une des tendances qui se dégagent le plus ces dernières années, est la location saisonnière. Selon la DGCCRF (direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes), la location saisonnière correspond à la location d’un bien immobilier conclue pour une durée maximale et non renouvelable de 90 jours consécutifs. Dans les faits, on se rend compte que cela est bien différent.
 
En effet, de nombreux investisseurs immobiliers ne font actuellement que de la location saisonnière, mettant un peu plus en concurrence le marché hôtelier et des résidences de tourisme. Le site permettant d’effectuer de la location saisonnière avec le plus de visibilité étant AirBNB, et devant l’ampleur de ce phénomène, le gouvernement Hollande sur la fin de son mandat mais aussi Macron, a décidé de prendre des mesures afin de pouvoir gérer cette nouvelle dynamique économique sur l’année 2018 mais aussi pour les prochaines. C’est ce que nous allons voir dans cet article.
Une nouvelle économie
 
L’obligation de se faire connaitre auprès de la mairie dans la plupart des grandes agglomérations, hausse de la taxe de séjour, hausse du plafond du régime fiscal Micro – BIC. Voici la liste non exhaustive que de changements législatifs et fiscaux que les bailleurs en location saisonnière doivent désormais connaitre.
 
Un chiffre : selon l’observatoire AirBNB, le nombre de location proposées via les différentes plateformes de mise en location saisonnière est passées d’environ 57000 à quasiment 87000, soit une augmentation d’environ 50% en un an (année 2016 / 17).
 
On constate donc facilement l’ampleur du phénomène.
 
Le nombre de logements fréquentés et proposés via les plus célèbres plateformes telles que AirBNB, Abritel et autres, ont connus une croissance de 30% en 2016 et 25% en 2017. 2018 devrait continuer sur cette lancée d’après les experts de Xerfi (l’institut d’études économiques privé). Cet engouement pour la location saisonnière attise la curiosité et l’intérêt du législateur français et Fisc en général. Il faut donc que les bailleurs soient au courant des nouveautés dans le domaine.

Immobilier: ce qui change pour la location meublée et saisonnière en 2018

Obligation formelle de s’enregistrer
 
Depuis le 01/12/2017, tous les propriétaires parisiens qui louent leur bien via les services d’une plateforme de location saisonnière type AirBNB, doivent s’enregistrer auprès de la mairie de Paris. Cela s’applique pour les personnes qui louent leur résidence principale à des personnes tierces.
 
Cette nouvelle obligation qui existe depuis la parution du « Décret AirBNB » donne aux communes de plus de 200.000 personnes et aux villes de la petite couronne parisienne, de pouvoir si elles le souhaitent, imposer ou non cet enregistrement. Pour la ville de Paris, c’est désormais une obligation depuis le 01/12/2017. Toutes les annonces sur des plateformes numériques auront l’obligation de mentionner le numéro d’enregistrement délivré par la mairie de la commune de Paris. Le but est simple : vérifier que les différents propriétaires ne mettent en location leur résidence principale plus de 4 mois par an.

Immobilier: ce qui change pour la location meublée et saisonnière en 2018

Selon nos informations, la mairie de Bordeaux devrait rendre obligatoire cet enregistrement d’ici Mars 2018. La plateforme AirBNB, afin de rester dans le cadre de la loi, a ajouté que dès que le seuil de 120 nuits sera atteint, il sera impossible pour le propriétaire bailleur de mettre en location sa résidence principale, le calendrier de réservations étant bloqué.

 
Cette mesure a été mise en place depuis le 01/01/2018. La peine potentielle pour les propriétaires qui « oublieraient » de se présenter auprès de leur mairie serait une amende de 450€, soit l’équivalent moyen de 5/6 nuits. Mais pour le moment le décret précisant les sanctions n’est pas encore sorti.
 
Selon France Info, environ 40.000 annonces ne seraient pas conformes sur la ville de Paris.
 
La mairie de Paris envisagerait de saisir le TGI afin de demander des sanctions financières à l’envers des propriétaires bailleurs dont les annonces seraient « illégales » sur les différentes plateformes de location.
 
La taxe de séjour
 
Cette taxe de séjour était prévue dans le projet de loi de finance rectificatif pour 2017, un amendement adopté en décembre 2017 préconisait des modifications relatives à la taxe de séjour. En effet, cette taxe est acquittée par les clients des hôtels ou des résidences de tourismes.
 
Concernant les locations entre particuliers proposées via les différentes plateformes numériques, le nouveau tarif de la taxe est maintenant fixé par les villes ou les établissements publics à caractère industriel et commercial. Il serait compris entre 1% et 5% du coût HT de la nuitée, le plafond étant celui d’un établissement 4 étoiles établi selon les règles de la collectivité.
 
Cela permettra selon l’amendement une meilleure égalité et un tarif plus conforme par rapport à la qualité des hébergements. Cette taxe de séjour s’appliquera d’ici le 01/01/2019.

Immobilier: ce qui change pour la location meublée et saisonnière en 2018

L’augmentation du plafond du Micro – BIC

 
D’un point de vue fiscal, les revenus provenant de la location saisonnière d’un bien meublé (100% des cas) sont soumis selon le régime des BIC (bénéfices industriels et commerciaux). On parle de Micro – Bic dès lors que les revenus crées ne dépassent pas 33.200€ HT. Le bénéficiaire de ces sommes est donc taxé sur la base de 50%, 50% correspondant à un abattement forfaitaire.
 
La nouvelle loi de finances 2018 double le plafond du Micro – Bic, passant maintenant de 33.200€ HT à 70.000€ HT. Cela permet aux investisseurs bailleurs de pouvoir déduire de leur revenus les travaux, les intérêts du prêt, les frais de gestion, l’amortissement de l’appartement et du mobilier...
 
Vous l’aurez donc compris, 2018 sera surement une bonne année pour la location saisonnière. Encore faut – il le faire dans les règles et être au courant des nouveautés pour continuer en toute tranquillité.
 
 
 
Pour bénéficier de l’expertise immobilière EasyGP, contactez un conseiller ici: https://easygestiondepatrimoine.com/contact/#.XAERGej0nIU

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_single_image image= »2645″ img_size= »full »][/vc_column][/vc_row]