easygp-bestof-reforme-investissements-usa

Placements: les meilleurs investissements de l’année 2017

[vc_row][vc_column][vc_column_text]

 
 
En cette fin d’année, votre conseiller EasyGP va évoquer avec vous l’actualité de la gestion de patrimoine et notamment, les placements les plus rentables de l’année 2017.
 
Nous sommes tous à la recherche de rendement et d’un investissement qui nous apporte beaucoup plus que le 0.75% net d’impôts, correspondant au taux du Livret A. Nous allons donc décortiquer avec vous tous les types d’actifs : des produits financiers à l’immobilier, en passant par les forêts, le vin, les bijoux… Nous allons tout analyser ensemble et essayerons de prendre à chaque fois les 5 premiers de chaque catégorie.
 
 

Les produits financiers

 
Dans cette catégorie, nous allons voir ensemble les différents produits financiers mais aussi les enveloppes qui les contiennent. Car en fonction du contrat dans lequel vous logez vos produits financiers, le rendement peut être différent.
 
Assurance vie : l’assurance vie est l’enveloppe fiscale favorite des Français. Permettant de préparer sa retraite, se créer un capital, transmettre son capital, préparer ses projets à long terme… Ce contrat est un des plus souples qui existe en France.
 
En 2016, on comptait environ 54 millions de contrats, soit quasiment 1 par Français. Avec une fiscalité dégressive dans le temps et l’apparition de la Flat Tax, l’assurance vie a encore de beaux jours devant elle. Et malgré la baisse des rendements des fonds euros, il est possible de trouver du rendement avec ce type de contrats. Voici donc les meilleurs contrats par types :
 
 
Les meilleurs fonds euros : Evolution Vie (Aviva Vie), Epargne retraite multigestion (Generali Vie), Altiscore Multisupports (GPM Assurances)
 
Les meilleurs contrats multisupports adressés au grand public : Assurance vie multisupport Afer (Aviva Vie), Livret Jeun’Avenir et Actepargne 2 (La France Mutualiste)
 
Les meilleurs contrats multi-supports diversifiés (possibilité d’inclure de l’immobilier via les SCPI ou OPCI) : Epargne retraite 2 (Allianz), Assurance vie Oney (Suravenir), Valvie 3 (Bred Banque populaire)
 
OPC : les OPC (organisme de placement collectif) sont des fonds proposant au grand public de pouvoir investir sur les marchés à coût réduit sur certaines zones géographiques, selon certaines thématiques…
 
C’est typiquement le genre de produit que votre banquier vous propose généralement lorsqu’il vous dit « j’ai un nouveau placement à vous proposer ». Ce type de placement est très important car il permet d’investir sur les marchés à coût réduit et d’avoir accès à toute sorte d’actifs financiers (actions, obligations, monétaire…) et ce, tout en bénéficiant de l’expertise d’un gestionnaire de portefeuille averti. Nous allons donc vous montrer les meilleurs fonds par thématiques :
 
Actions Smallcap USA et Europe (entreprises cotées en bourse de petites tailles) : USA -> les fonds JP Morgan avec en moyenne + 20% de rendement sur l’année 2017, Europe -> Oddo Active Smaller Companies (environ +25%), Lazard Investissement PEA-PME (environ +29%), Amilton Premium Europe R (environ +30%)
 
Actions USA : Zone n°1 en termes d’investissements boursiers en 2017 et en général, les USA ont profité de l’annonce du Président Trump par rapport à l’allègement de la fiscalité pour capter encore plus de flux financiers.

De ce fait, les actions et les fonds américains ont généralement pris de la valeur -> Morgan Stanley Investment funds US advantages (environ +30%)
 

Actions zone Europe : avec l’augmentation des prix des actions et des fonds américains, de nombreux investisseurs se sont tournés vers la zone Europe qui propose un potentiel de croissance important et des prix inférieurs à ceux des USA -> BlackRock Global Funds European Special Situation A2 (environ +17%), JP Morgan Funds Europe Strategic Fund C (+17.5%), Metzler European Concentrated Growth B (environ +29%)
 
Actions internationales : avec une économie mondiale qui reprend doucement suite au choc financier de 2018, il est intéressant d’investir sur plusieurs zones géographiques afin de pouvoir allier sécurité (USA et Europe) et performance (Chine et pays émergeants) -> Comgest Growth World Eur R (environ +20%), Allianz Global Equity IT (environ +25%), MainFirst Global Equities Fund C (environ +40%)
 
A savoir que vous pouvez souscrire ces fonds et décider de les intégrer à l’enveloppe fiscale de votre choix (assurance vie / PEA / compte titres).
 
  • Actions : beaucoup d’investisseurs s’intéressent au « Trading » et souhaitent investir directement dans les actions qu’ils décident de choisir pour plusieurs raisons (affectives, conseils d’un proche…). Nous allons donc vous donner les actions qui ont le plus performés sur l’année 2017 par zone géographique et dans l’ordre depuis le 1er janvier 2017
  •  
  • France : Air France KLM (environ +162%), SOITEC (environ +106%), Ubisoft (environ +92%), Kering (environ +86%), Faurecia (environ +81%)
  •  
  • Europe : Italcementi (Italie : environ +142%), Altri (Portugal : environ +124%), Anima – – Holding (Italie : +118%), Gamesa (Espagne : environ +106%), Peugeot (France : environ +77%)
  •  
  • USA : Align Technology (environ +143%), NRG Energy (environ +120%), Micron Technology (environ +109%), Vertex Pharmaceutic (environ +97%), Wynn Resorts (environ +95%)
 
* Une mention toute spéciale aux cryptomonnaies et notamment au Bitcoin, qui ont explosé cette année. Avec un BTC qui avait à un moment atteint la somme de 16.000$ pour une unité. Vous pouvez retrouver l’analyse de ce phénomène sur « le dossier spécial cryptomonnaies »
 
Vous voyez donc bien que les marchés financiers peuvent vous apporter un sérieux coup de boost à vos placements, à conditions que l’investissement soit maîtrisé et en cohérence avec votre stratégie patrimoniale d’investissement.
 

L’immobilier

 
L’immobilier est un des piliers de la gestion de patrimoine. Comme beaucoup d’investisseurs, vous vous intéressez surement à l’immobilier, que ce soit pour y vivre à titre de résidence principale, comme pour de la location.
 
La location nue consiste à faire louer un bien immobilier sans aucun meuble. La plupart des dispositifs de défiscalisation s’effectuent via de la location nue, le plus connu étant la loi Pinel qui permet une réduction d’impôt des lors qu’un bien nu et neuf est loué à un particulier pendant une période minimum de 6 ans. On a tendance à proposer de la location nue pour des couples ou des familles.
 
La location meublée, au contraire de la location nue, permet de pouvoir faire louer un bien entièrement meublé, afin que le locataire n’ait qu’à ramener ses affaires personnelles pour vivre dans le logement. Il existe une liste des biens à posséder au sein de son logement afin qu’il soit considéré comme meublé (décret n° 2015-981). L’avantage premier de la location meublée est que le locataire peut emménager rapidement avoir l’impression qu’il est déjà chez lui. Ce type de location s’adresse donc à des personnes seules ou en déplacement (étudiants, voyageurs) mais aussi via la location saisonnière pour des familles en vacances (type Air BnB).
 
Nous allons donc vous donner les rendements bruts moyens par région (logements neufs et anciens combinés, location nue et meublée incluses) :
 
Sud-Est : Marseille, Nice et Aix en Provence avec en moyenne 12% de rendement brut par an
 
Paris Île de France : entre 2 et 17% de rendement brut par an, le meilleur rendement se trouvant dans le 18e et à proximité (avec un rendement max de 18%), Neuilly et Levallois s’en sortent avec des rendements entre 4 et 12% bruts. Dans le 93 (Saint Denis), on trouve un rendement entre 4 et 8%
 
Ouest de la France : Nantes, Bordeaux, Rennes avec un rendement maximal de 8%.
Grand-Est et Région Rhône-Alpes : Lyon avec un rendement moyen de 6%, Strasbourg de 5.5% et Dijon de 6%. Grenoble a aussi un rendement moyen de 6%
Les SCPI : ce sont des parts de sociétés de location immobilière. Au lieu d’acheter un bien en direct, l’investisseur va via l’achat des parts, donner de l’argent à un gestionnaire, qui va acheter des biens immobiliers et les faire louer.
 
Généralement, les locataires sont des professionnels. Ce même gestionnaire va collecter les loyers, s’occuper des différents frais à payer (nettoyage, réparation, gestion locative…). Une fois que les frais seront déduits, restera le loyer net qui sera redistribué aux détenteurs de parts en fonction du capital investi dans la société.
 
Les SCPI permettent donc d’avoir accès et d’investir dans de l’immobilier professionnel (en général) et de pouvoir toucher des loyers, comme n’importe quel propriétaire, et sans l’inconvénient de devoir gérer soi-même le bien.
 
Les SCPI se sont démocratisés ces dernières années auprès de clients souhaitant obtenir des revenus fonciers, tout en ne souhaitant pas gérer de biens locatifs par eux-mêmes. Nous allons donc voir ensemble les meilleurs SCPI de l’année 2017 :
SCPI Corum (environ 6.5% nets)SCPI Epargne Pierre (environ 6.03% nets)SCPI Primovie (environ 5% nets).

Les placements « plaisirs »

 
Pour ceux qui souhaitent investir leurs économies dans autre chose que l’immobilier et le financier, il existe d’autres types de placement que l’on nomme « placements plaisirs ». Comme le nom l’indique, ils donnent une connotation joyeuse à l’investissement. Nous allons vous donner quelques exemples :
 
– Le vin : alcool faisant partie du patrimoine français et surement le spiritueux français le plus commercialisé dans le monde avec environ 37 millions d’hectolitres produits, le vin fait aussi office d’investissement pour de nombreux clients qui souhaitent soutenir l’économie nationale mais aussi mettre du plaisir dans leurs investissements.
 
Avec un rendement entre 1.5 et 3% nets, l’achat de parts de vignobles n’est pas l’investissement le plus lucratif qui soit. Et pourtant, il apporte de nombreux avantages tels que le versement de loyers comme pour n’importe quel bien loué, le paiement en bouteille, le droit de rencontrer le vigneron locataire du terrain utilisé, l’envoi de bouteilles millésimes aux porteurs de parts et surtout une fiscalité avantageuse.
 
– Les voitures de collection : les voitures de luxe et de collection plaisent aux acheteurs non seulement pour leurs moteurs mais aussi pour leurs carrosseries attirantes. Il faut aussi savoir que ce genre de voiture sont considérées comme un investissement.

 

En effet, ces dernières années, le marché des voitures de collections a explosé avec un rendement sur 10 ans d’environ +470%. De plus, avec la création de l’IFI (impôt sur la fortune immobilière, ancien ISF), les voitures de luxe et de collection sont sorties du champ d’imposition du FISC. Ce qui aura pour conséquence une plus grande flexibilité de ce marché avec de nouveaux investisseurs à la recherche du modèle de leurs rêves. Cela aura tendance à impacter le prix des biens existants.
 

Il est aussi possible d’investir dans l’art, les bijoux, les bois et forêts, les châteaux … Vous l’aurez donc compris, l’année 2017 aura été une année intéressante en termes d’investissements et de rendement. Le tout est de bien calibrer votre stratégie d’investissement et de choisir avec votre conseiller les bons placements. N’hésitez pas à venir vous renseigner afin d’avoir des informations sur les placements les plus performants et pour créer votre stratégie d’investissement.

Pour bénéficier de l’expertise patrimoniale EasyGP, contactez un conseiller ici: https://easygestiondepatrimoine.com/contact/#.XAERGej0nIU

 

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_single_image image= »2645″ img_size= »full »][/vc_column][/vc_row]

easygp-placments-bitcoin-crypto-ethereum~mv2.gif

Placements: dossier spécial cryptomonnaies

[vc_row][vc_column][vc_column_text]

 
En cette fin d’année, votre conseiller EasyGP va évoquer avec vous un des sujets les plus brûlants de l’actualité financière, à savoir les cryptomonnaies. Comme vous avez pu le voir ces derniers temps, les cryptomonnaies et notamment la plus célèbre, le Bitcoin, sont sur les lèvres de tous les fans d’investissements financiers. Mais avant d’énoncer les avantages et inconvénients de ces nouvelles monnaies, il est bon de voir ensemble ce qu’elles ont de différents.
 
Tout d’abord, il faut savoir qu’il existe 3 types de monnaies :
 
  • La monnaie divisionnaire : la monnaie divisionnaire correspond principalement aux pièces de monnaie. Elle permet de diviser les différentes devises. Ex : 1€ ou encore 0,50 cts €.
  • La monnaie fiduciaire : la monnaie fiduciaire regroupe les billets de banque.
  • La monnaie scripturale : pour finir, la monnaie scripturale correspond à une « écriture de compte », c’est-à-dire que des lors qu’il y a une écriture, qu’elle soit manuelle ou encore comptable, on parle de monnaie scripturale.

 

 
  • On peut prendre comme exemple les plus connus les chèques, les virements, les cartes de crédits… C’est d’ailleurs le type de monnaie le plus utilisée dans les économies dites « modernes ». Dans la zone Euro, ce sont les banques centrales sous tutelle de la BCE (banque centrale européenne) qui sont chargées d’imprimer la monnaie (on dit « frapper la monnaie »). Mais cette donne diffère lorsqu’il s’agit des cryptomonnaies.
 
Les cryptomonnaies correspondent à un ensemble de monnaies digitales, elles n’ont donc pas d’existence physique comme les devises d’état tels que l’euro ou encore le dollar. Elles servent à l’exécution d’opérations financières en ligne entre particuliers ou avec les commerçants qui les acceptent.
 
Il existe plusieurs types de cryptomonnaies dont les plus connues sont le Bitcoin et Ethereum. Et le Bitcoin est en train de cartonner en cette fin d’année 2017 avec un cours au-dessus de 16.000$ pour 1 Bitcoin. Nous avons donc décidé de porter notre attention sur ce phénomène dont tout le monde parle et qui fait trembler la planète financière.

Les inconvénients des cryptomonnaies

 

Actuellement, lorsque l’on regarde toute l’agitation qui déroule autour du phénomène 
Bitcoin et des autres cryptomonnaies, il faut comprendre que la cause de toute cette 
Et c’est l’avantage numéro 1 de ces cryptomonnaies : des lors que l’on achète ou que l’on échange des Bitcoins contre un bien ou un service, la transaction est totalement opaque. Les autorités ne voient absolument rien et l’excitation est due au fait que les transactions permettent l’anonymat.

Et ce n’est que temporaire car les différents états décideront d’augmenter le contrôle sur ces monnaies digitales ou de créer leurs propres cryptomonnaies nationales, il y aura forcément moins d’intérêt à avoir les cryptomonnaies du moment. Actuellement, les différents gouvernements mondiaux restent figés face au phénomène des cryptomonnaies. La Chine a décidé d’interdire le Bitcoin sur son territoire pour éviter la propagation de l’évasion fiscale, tandis que le Japon, pays avant-gardiste, a pris certaines mesures pour contrôler partiellement le Bitcoin.
 
Comme nous l’expliquions plus haut, avec des transactions totalement invisibles pour les autorités gouvernementales, de nombreuses dérives peuvent apparaître. On pense notamment à l’évasion fiscale qui n’a pas attendu l’apparition des cryptomonnaies pour se développer mais qui pourrait en profiter fortement. Le Bitcoin est aussi essentiellement utilisé, comme beaucoup de cryptomonnaies pour des paiements de biens ou de services liés à l’activité criminelle. Le Darkweb, côté obscur d’internet où l’on peut acheter des armes ou encore trouver des documents liés à la pédophilie / prostitution…, voit beaucoup de transactions financières s’effectuer via le Bitcoin.
 
Il serait aussi naïf de croire que les états ne vont pas créer leurs propres cryptomonnaies, ce qui à terme aurait tendance à faire baisser fortement le cours du Bitcoin et autres monnaies identiques. Les différents états à la recherche de fonds pour leurs budgets pourraient aussi taxer très fortement ce placement, de manière à décourager les investisseurs et à les amener à acheter les cryptomonnaies nationales.
 
Pour terminer, la donnée la plus importante est surtout le cours actuel de certaines cryptomonnaies. Le Bitcoin est sur le point d’atteindre les 17.000$ pour 1 Bitcoin. Le 1er janvier 2017, il était entre 950$ et 1000$ pour une unité. Aujourd’hui, cela vaut 16 fois plus. La cause étant l’attractivité alarmante autour de ce phénomène.
 
Fonctionnant comme n’importe quel instrument financier, des lors que les informations sont positives à propos de l’instrument, le cours a tendance à souvent fortement grimper. Mécaniquement, les gens ont commencé à investir massivement dessus, aidant à l’explosion du cours. Il est donc plus dur pour les futurs investisseurs de pouvoir acheter des Bitcoins en entier, ils ne peuvent avoir que des fractions de la fameuse cryptomonnaie.
 
On peut donc dire qu’actuellement, le Bitcoin ressemble très fortement à un outil de spéculation, et comme tout outil, une bulle va apparaître et éclater. Et lorsque cela arrivera, la plupart des investisseurs qui ont placé une grosse partie de leurs économies sur les cryptomonnaies, vont perdre une énorme somme d’argent. Il faut donc faire attention.
 
Les banques partagent aussi cet avis. J-P Morgan, UBS et d’autres banques ne croient pas du tout dans ce phénomène qu’est le Bitcoin. Le PDG du Crédit Suisse, une des plus grandes banques mondiales, dit que le Bitcoin « a tous les aspects d’une bulle financière ». Certains présidents de banque pensent même que le Bitcoin et les autres cryptomonnaies ne sont « qu’une énorme fraude ».

Les avantages des monnaies digitales

 
Les cryptomonnaies possèdent de nombreux avantages, le premier étant que c’est un investissement du futur qui correspond à la technologie financière du futur.
En effet, en ce qui concerne la diversification, c’est-à-dire la propension à avoir des placements diverses et variés, le Bitcoin et les autres cryptomonnaies correspondent à une opportunité sans précédent d’investir à la fois sur les marchés boursiers et en même temps dans un placement futuriste.
 
C’est d’ailleurs une des raisons pour laquelle certaines sociétés financières dont Tobam, société française de gestion de portefeuille, ont décidé de lancer le premier fonds commun de placement en Bitcoin. Un fond commun de placement permet de pouvoir acheter « un panier d’actions » en fonction du type de gestion appliquée par le gérant du fonds. Cela permet d’acheter une part du fonds et donc des actions à travers ce fonds. Cela coûte beaucoup moins cher que d’acheter directement des actions par soi-même.
 

Un placement risqué ?

 
Grace à ce fonds qui vient de sortir, les investisseurs peuvent acheter des parts de Bitcoin, qui est actuellement la cryptomonnaie de référence et donc obtenir un nouveau type de placement. Ce placement demeure risqué pour les raisons qui ont été évoquées précédemment mais cela peut permettre aux personnes qui souhaitent en avoir d’en obtenir.
 
Dans la fameuse Silicon Valley, les cadres des grandes entreprises qui sont à la recherche de rendement et de nouveaux investissements, placent leur argent dans le Bitcoin et aussi dans d’autres monnaies, notamment Ethereum. Le but étant de faire gonfler le prix des deux et donc de faire une énorme plus-value sur le moyen terme. Ethereum, qui est la cryptomonnaie la plus connue après le Bitcoin, commence à prendre de la valeur dans l’ombre de son concurrent direct, et est la cryptomonnaie la plus solide par rapport aux autres bien moins connues. Début octobre 2017, la valorisation boursière de cette monnaie digitale était autour de 28Mds$ alors que dans le même temps, le Bitcoin voyait sa capitalisation être autour de 72Mds$.

Le choix de l’innovation 

 
Investir dans les cryptomonnaies, c’est potentiellement aussi investir dans un nouveau système financier qui permettra probablement à l’actuel de pouvoir s’améliorer en ce qui concerne par exemple la cybercriminalité (fraude, financement du terrorisme, évasion fiscale…)
 
C’est simplement une des envolées les plus importantes de l’histoire contemporaine des marchés boursiers. Et cela les investisseurs institutionnels l’ont bien compris. Pour preuve, le Bitcoin vient d’être introduit sur la fameuse bourse de Chicago, bourse commerciale la plus ancienne au monde et dont le credo est l’échange d’options et de contrats à terme. Le marché, apprenant cette excellente nouvelle pour la monnaie digitale, a porté le cours du Bitcoin au prix historique de 15.454$ pour une unité.
 
D’autant plus que la cryptomonnaie n’a été crée qu’il n’y a 8 ans, en 2009. Et certains analystes voient la monnaie dépasser la barre des 20.000$. Ce qui serait un tremblement de terre sans précédent et un coup de maître absolu pour les 100 personnes qui détiennent 40% des Bitcoins.

La bourse à l’assaut des cryptomonnaies

 
Le Bitcoin gagne en crédibilité aux yeux du marché et des acteurs financiers. La bourse de Chicago a déjà créé l’année dernière, un instrument de cotation du Bitcoin, afin que les acheteurs aient sa valeur à tout moment comme n’importe quelle action. Et en créant les premiers contrats à terme en Bitcoin, la Bourse de Chicago essaye de montrer aux marchés et aux investisseurs que le Bitcoin est bien plus qu’un objet de spéculation. Mais elle essaye aussi de se positionner en pionnier sur la finance 3.0.
 
En créant des contrats à terme, il y aura possibilité de réduire au maximum la volatilité du Bitcoin, c’est-à-dire la propension à grimper ou à baisser du cours de la monnaie. Car ces derniers temps, le cours de la monnaie a fortement grimpé. On dit même que le Bitcoin est 30 fois plus volatile que l’euro ou le dollar.
 
Et malgré cette volatilité impressionnante, le PDG de Goldman Sachs, une des plus grosses banques américaines et mondiales, se pose la question du trading en Bitcoin.

En conclusion, on peut donc dire que le Bitcoin et les autres cryptomonnaies correspondent à un tremblement de terre sans précédent dans l’histoire des marchés financiers. Et de ce fait, ils correspondent aussi à une opportunité unique d’investir sur une des monnaies du futur. Toutefois, le cours étonnement haut du Bitcoin empêche les investisseurs les moins fortunés de pouvoir s’acheter une unité complète. Comme tout placement, elles ont, et notamment le Bitcoin, leurs parts de risques, leurs avantages et leurs inconvénients.
 

Il faudrait donc se pencher sur d’autres cryptomonnaies telles que Ethereum, LTC, ETC ou encore Dash. Et les plus fortunés peuvent acheter des unités complètes de Bitcoin en espérant que sa valeur va continuer de croître, comme nous le pensons chez EasyGP.

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_single_image image= »2645″ img_size= »full »][/vc_column][/vc_row]
easygp-placements-investir-securité-nationale

Placements: augmentation du budget de la défense, ou comment investir dans la sécurité nationale

[vc_row][vc_column][vc_column_text]

Aujourd’hui, votre conseiller EasyGP va évoquer avec vous l’actualité économique, notamment celle de la France. Il y a quelques semaines, plus précisément pendant l’été, le président Macron et son gouvernent ont fait savoir qu’ils comptaient effectuer une baisse drastique du budget de la défense et des armées. Cette annonce a été effectué alors que de nombreuses troupes sont engagées dans des opérations extérieures, notamment au Mali et en Irak.
Cela avait valu la colère du chef de l’état-major des armées de l’époque, Pierre de Villiers.
Et pourtant dans le même temps, le gouvernement Macron annonce une hausse du budget de la défense et des armées de 1.5 Mds€, ce qui le ferait passer à 34.2 Mds€ des 2018.

Pour quelles conséquences ?

Le mardi 7/11/2017, l’Assemblée Nationale a adopté en première lecture le projet du budget de la défense pour l’année 2018. Il devrait être de 32.4 Mds€. Malgré l’abattage médiatique et les colères des armées françaises, il devrait augmenter de 1.8Mds€ par rapport à l’année 2017.
D’après la ministre des armées, il devrait augmenter chaque année de 1.7Mds€ jusqu’en 2022. Le but étant qu’en 2025, ce budget corresponde à 2% du PIB. Le but étant de pouvoir acquérir un nouveau matériel correspondant aux défis actuels. Il faut aussi savoir que la DGA (direction générale des armées), qui gère une partie du budget de la défense nationale, a pour but de se faire livrer chez les entreprises en armement afin d’obtenir du matériel pour l’armée.
Il serait donc intéressant de surveiller ces prochains mois le comportement des actions de certaines entreprises, notamment :

Safran, Dassault, Thales

Ces entreprises faisant partie des géants de l’armement français, européen et mondial ont donc une carte à jouer avec l’augmentation du budget de la défense nationale française. Ce serait aussi intéressant de les ajouter à nos portefeuilles d’actions.
D’autant plus, que ces sociétés versent régulièrement des dividendes à leurs actionnaires. Voici donc un moyen d’investir à notre échelle et de participer à la défense nationale, tout en recherchant du rendement pour nos différents portefeuilles d’actions.
Pour bénéficier de l’expertise financière EasyGP, contactez un conseiller ici: https://easygestiondepatrimoine.com/contact/#.XAERGej0nIU

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_single_image image= »2645″ img_size= »full »][/vc_column][/vc_row]

Comment investir lorsque l’on a 500€ ou moins à placer par mois ?

[vc_row][vc_column][vc_column_text]

 
Aujourd’hui, votre conseiller EasyGP va vous donner quelques conseils sur comment gérer au mieux votre argent et vos différents investissements.
Dans des articles précédents nommés « Placements : quelle stratégie mettre en place selon son âge ? » et « Placements : quelle stratégie adopter selon son profil d’investisseur », nous avons vu qu’en fonction de l’âge de chacun (moins de 50 ans ou plus de 50 ans) et de son profil de risque, il y a une manière d’articuler son patrimoine et ses placements. A travers ce post, nous allons vous donner des idées générales de placements pour les personnes qui ont maximum 500€ par mois à investir.
SMLXL

L’achat de sa résidence principale

Si comme de nombreuses personnes en France vous êtes locataires, alors il serait intéressant de devenir propriétaire de votre résidence principale. En effet, avec environ 64% de propriétaires de leur résidence principale, la France possède un des taux les plus faibles d’Europe, la moyenne étant à 70% en Union Européenne. A contrario, des pays comme la Hongrie ou la Croatie possèdent un taux de propriétaire de leur RP autour des 90%.
Il est donc important d’acquérir sa résidence principale, d’autant plus que c’est un des actes fondamentaux lorsque l’on souhaite créer son patrimoine.
De plus, acquérir sa résidence principale possède de nombreux avantages tels que la protection de votre foyer, vous n’êtes plus susceptible d’être délogés de chez vous, la création de votre patrimoine via l’achat de votre maison ou appartement… Pour plus d’informations, vous pouvez lire l’article « locataire ou propriétaire : un choix décisif »
SMLXL

 

La souscription d’un contrat d’assurance vie

L’assurance vie est l’enveloppe fiscale préférée des Français. Souple, avec un rendement au-dessus de celui des livrets, très utile pour les projets à long terme, l’assurance vie fait l’unanimité chez les clients investisseurs.
Il est important pour les personnes les plus jeunes (moins de 40 ans) de prendre date en souscrivant un contrat d’assurance vie. Prendre date signifie de souscrire le contrat et prenant en compte la date de souscription. La fiscalité de l’assurance vie est une fiscalité dégressive qui joue dans le temps. C’est-à-dire que plus vous garderez votre contrat, plus la fiscalité sera avantageuse en cas de retrait des sommes qui sont sur le contrat. Au bout de 8 ans, la fiscalité est quasi nulle en cas de retrait et dans la limite d’une certaine somme, changement dû à l’application de la Flat Tax du gouvernement Macron. Ainsi, en prenant date assez tôt, vous vous donnez la possibilité d’avoir une fiscalité très avantageuse et ce, très tôt aussi.
Exemple : une personne souscrit un contrat X un contrat d’assurance vie à 25 ans mais ne met que le minimum à l’ouverture, par exemple 50€. A 33 ans, 8 ans plus tard, la fiscalité de l’assurance vie sera la plus faible. Elle pourra donc mettre de l’argent sur son contrat et le retirer à tout moment sans craindre un contre effet fiscal.
Cette même personne peut décider de mettre 500€ / mois sur son contrat et donc l’alimenter régulièrement. De plus, en respectant son allocation correspondant à son profil de risque (voir l’article « Placements : quelle stratégie adopter selon son profil d’investisseur », elle peut facilement augmenter le rendement de son contrat par rapport au rendement du fonds euros, dit « sans risque ».

L’acquisition d’une résidence locative

Avec des taux de crédits immobiliers au plus bas depuis des années, de nombreuses personnes ont décidé de franchir le cap et d’acheter une résidence locative. Le but de cette résidence est d’avoir un bien immobilier loué à un locataire tiers et d’obtenir des revenus complémentaires chaque mois.
Les taux des crédits immobiliers étant très faibles, le coût de l’opération de financement est actuellement très bas, ce qui est correspond à une opportunité historique. Car dans de nombreux cas, la mensualité de crédit est inférieure au loyer perçu. Cela peut permettre donc d’avoir des revenus positifs nets d’impôts une fois que les impôts et les taxes sont déduits.
Vous pouvez décider d’acheter un bien et d’assurer la gestion locative vous-même ou à une agence immobilière ou alors acheter un bien dans une résidence de service, ce qui vous permettra d’obtenir des loyers chaque mois et de déléguer la gestion au gestionnaire de la résidence.
SMLXL

 

Investir sur les marchés financiers

Pour 500€ par mois, il est possible d’investir sur les marchés financiers. Cela peut se faire via deux enveloppes fiscales : le PEA (plan épargne actions) ou le compte titres. En fonction de la zone géographique sur laquelle vous souhaitez investir, le compte titres ou le PEA est meilleur que l’autre. Si vous souhaitez investir à l’international (USA, Europe, pays émergents, Asie…) alors il vous faudra un compte titres. Si vous souhaitez bénéficier uniquement des opportunités sur la France et l’Europe en général, alors le PEA est le contrat dont vous avez besoin.
Ces deux types de contrat vous permettent de pouvoir investir sur les marchés en direct, c’est-à-dire en achetant directement vos propres actions ou via des fonds communs de placements, où un gérant choisit les actions et la stratégie à mettre en place pour apporter le rendement maximum aux investisseurs.
En fonction de votre profil d’investisseur (sécuritaire / prudent /équilibré / dynamique), vous pouvez choisir comment placer vos 500€ et ainsi booster le rendement de votre épargne.
Pour une personne avec un profil prudent, elle devrait mettre au maximum 150€ sur des actifs risqués tels que les investissements financiers et 350€ sur des choses biens plus sécurisées tels que les livrets ou encore le PEL.
D’autant que les marchés financiers peuvent vous apporter le rendement nécessaire pour booster votre épargne, mais aussi peuvent aussi vous verser des revenus complémentaires utiles à tout moment de votre vie. Ainsi, comme vous l’aurez compris, il existe une multitude de possibilité de placements. Chaque investissement doit être bien réfléchi et surtout prendre en compte votre stratégie patrimoniale de manière globale.
Pour bénéficier de l’expertise patrimoniale EasyGP, contactez un conseiller ici: https://easygestiondepatrimoine.com/contact/#.XAERGej0nIU

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_single_image image= »2645″ img_size= »full »][/vc_column][/vc_row]

POUR QUELLES RAISONS LES FRANÇAIS ONT-ILS SI PEUR D'INVESTIR - EASYGP

Pour quelles raisons les Français ont-ils si peur d’investir?

[vc_row][vc_column][vc_column_text]

 
Aujourd’hui, votre conseiller va évoquer avec vous l’actualité de la gestion de patrimoine, notamment sur l’épargne financière. L’épargne financière, avec l’épargne bancaire, fait partie des principaux véhicules d’investissement des clients particuliers, en ce qui concerne leurs liquidités.
 
L’épargne financière concerne l’ensemble des investissements que l’on peut effectuer sur les marchés boursiers. Cela peut être par l’achat d’actions, d’obligations, de fonds communs de placements ou SICAV…
 
Avec une épargne bancaire qui propose des taux de rémunération qui sont au plus bas depuis quelques années, et des taux de rendement de l’épargne financière largement supérieurs à celui des produits bancaires, il est important de se pencher sur ce sujet particulier.
 
Et pourtant, d’après une étude de la célèbre société de gestion de portefeuille BlackRock, 7 Français sur 10 seraient effrayés par l’investissement financier. Nous allons donc tenter de comprendre la psychologie des particuliers tout en apportant des solutions permettant de mieux appréhender ce type de placements.
 
Un manque d’informations et de connaissances
 
On a constaté, selon un sondage que nous avons effectué, que sur un échantillon de 672 personnes (tout age, tout sexe et toutes catégories sociales confondues), moins de 30% avaient des connaissances solides sur l’économie et les marchés financiers en général.
 
Forcément, cela influe sur le comportement de nombreux particuliers, qui ne peuvent se permettre d’investir dans une chose qu’ils ne maîtrisent peu ou pas du tout. Ce manque d’informations a aussi un impact conséquent sur les sommes placées sur les marchés par les particuliers.
 
Selon notre enquête, environ 65 à 70% des interrogés ne disposent pas d’épargne financière, et ce peu importe l’enveloppe fiscale (compte titres, PEA, assurance vie).
 
Il fait savoir que ce manque de connaissances va aussi pour les personnes qui proposent ce genre de placement en général. La banque, leader en ce qui concerne le nombre de clients, possèdent de nombreux conseillers qui proposent des produits financiers, mais qui ne maitrisent pas forcément leur produit ou encore la fiscalité des produits financiers.
Des propositions qui ne sont pas en rapport avec les besoins client
 
Lorsque l’on demande aux particuliers pour quelles raisons ils décident de ne pas investir sur les marchés financiers, on obtient plusieurs réponses :
 
  • Le manque d’information
  • Le manque de connaissances sur le sujet
  • Les produits ne correspondent pas aux besoins
  • La peur du risque 
  • Le manque de suivi
 
Le fait que les produits proposés aux clients ne sont pas en rapport avec leurs besoins est une des raisons les plus importantes du manque d’investissement financier des particuliers.
 
Les banques, ayant le monopole en tant qu’acteurs financiers, en terme de volume de clients, ont souvent oubliées un détail. Il faut que le client comprenne que le produit qui découle d’une solution correspond à son besoin pour y adhérer.
 
Il n’est pas rare de se voir proposer un produit, qu’il soit financier ou non, sans qu’il corresponde à une problématique que l’on peut avoir. Or, il existe de nombreuses problématiques sur le long terme et communes à beaucoup de personnes qui peut insinuer un placement sur les marchés boursiers.
 
Par exemple, le financement des études de ses enfants, la retraite, la préparation d’un projet sur le long terme, la constitution d’un capital… Il faut donc mettre en face les besoins des clients et les solutions, et ensuite au sein même de cette solution, voir quels sont les produits les plus adaptés aux clients.
La gestion du risque
 
L’investissement sur les marchés boursiers n’est pas dénué de tout risque.
C’est un point important à souligner. Toutefois, c’est cette prise de risque qui permet d’obtenir un rendement largement supérieur à celui de l’épargne bancaire type livrets ou PEL.
 
L’épargne bancaire, du fait de son rendement très faible, souvent en dessous de 1% net d’impôts, ne présente aucun risque en capital pour le détenteur d’avoirs.
 
En ce qui concerne les marchés financiers, la donne est différente. Il existe de nombreux risques (marché, liquidité, crédit….) qui ont un impact énorme sur la prise de décision d’investissement des clients particuliers. Et pourtant, malgré ces risques et avec une bonne gestion de son épargne, il est possible d’en profiter et d’obtenir des taux de rendement intéressants.
 
SMLXL

Comme vous pouvez le voir sur cette image qui date de l’été 2015, on voit bien que
le rendement des actions est le 3e plus important sur une période de 5 ans.
Et qu’il est loin devant celui du livret A, un des produits d’épargne favoris des Français
 
Il faut aussi savoir que le risque est quelque chose qui se gère, comme n’importe quelle autre chose. En voyant cette image, beaucoup pourraient se dire que cela peut être intéressant mais qu’ils ont peur de perdre leur argent. Dans ce cas, ne prenez le risque que sur une somme qui selon vous pourrait ne pas trop vous affecter en cas de perte. Par exemple, pour 100€ à mettre de coté, vous pouvez mettre 80 ou 90€ sur un livret ou un produit sans risque et mettre 10 à 20€ dans des actions. En utilisant cette petite astuce, vous pouvez booster facilement le rendement de vos 100€ tout en ne prenant du risque que sur 20€ maximum.
Le suivi sur le long terme
 
Pour terminer, lorsque l’on parle de produits financiers, on parle en général d’un investissement sur le long terme. Il est donc important de suivre la performance de son ou ses placements régulièrement afin d’anticiper au mieux les variations du marché.
Pour les clients qui gèrent eux-mêmes leurs portefeuille, un coup d’œil une fois dans la journée peut permettre de dénicher des opportunités sur les marchés. Pour les personnes dont l’argent est géré par une personne tierce (par exemple sur des fonds communs de placement), il est important d’avoir un suivi régulier. Nous conseillons au minimum une fois dans le mois, au maximum une fois par trimestre.
 
De cette manière, vous êtes tenu au courant par votre interlocuteur de la performance de vos investissements et celui-ci peut vous proposer de faire des arbitrages (entrées ou sorties sur les marchés) pour maximiser le rendement.
 
En conclusion, on peut dire que les marchés financiers, aussi effrayants qu’ils peuvent paraître, demeurent un excellent moyen de booster le rendement de vos économies.
 
Nous vous conseillons de prendre le temps de réfléchir à vos projets à long terme et ainsi que leurs modes de financements (immobilier, épargne bancaire / financière… ).

Mais surtout d’effectuer un profil financier, qui vous permettra de connaitre votre rapport face aux risques financiers. Et en cas d’investissement, partez sur une base d’un entretien téléphonique d’une dizaine de minutes chaque mois avec votre conseiller, qui pourra vous aider au mieux et surtout faire fructifier votre patrimoine.

 

Pour bénéficier de l’expertise patrimoniale EasyGP, contactez un conseiller ici: https://easygestiondepatrimoine.com/contact/#.XAERGej0nIU

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_single_image image= »2645″ img_size= »full »][/vc_column][/vc_row]