Bourse: zoom sur l'action du mois, LNA Santé

Aujourd’hui, votre conseiller EasyGP va évoquer avec vous l’actualité de la gestion de patrimoine, et notamment celle des marchés financiers.Comme chaque premier mercredi du mois, nous vous présentons une valeur boursière qui selon nous, va performer au cours de l’année et à plus long terme.Pour ce mois d’avril 2018, nous allons vous parler d’une société française, LNA Santé.Code ISIN -> FR0004170017Cours au jour de l’article -> environ 56€LNA Santé est une société française (ancien le Noble Age) est une société spécialisée dans l’exploitation de résidences médicalisées pour séniors et personnes dépendantes. La société gère environ 70 établissements, entre la France et la Belgique. On compte parmi les établissements gérés par la société des EHPAD, des centres de santé et des cliniques psychiatriques.Elle est cotée en Bourse sur le compartiment B de la place boursière de Paris. La société est entrée en bourse en 2006 sur le marché réglementé Euronext. Depuis sa valorisation boursière est d’environ 550M€. Cette valeur appartient donc à la catégorie Smallcap. Elle est éligible au PEA / PEA PME / compte titres.Historique sur l’année 2017On peut voir sur ce graphique l’évolution de l’action LNA Santé depuis le fin mars 2017. A cette date, la valeur était autour des 14€. Un mouvement très fortement haussier avait commencé déjà quelques semaines avant.On peut voir que l’action est allée au plus haut le 19/06/2017 avec une valorisation à 69.50€. Cela s’explique notamment par des résultats comptables et financiers excellents, une demande en progression avec le vieillissement de la population et la faible concurrence sur le secteur des maisons de retraite. Quelques jours plus tard, on observera une augmentation du chiffre d’affaires de quasiment de 10% pour le 1er semestre, ce qui satisfait forcément le marché ainsi que les différents investisseurs.Le 28/07/2017, on observe que l’action est passée de 69.50€ à 49.50€, soit 20€ de baisse. Malgré un intérêt de la part de nombreuses sociétés de gestion de portefeuille et des résultats convaincants, l’action est en chute libre.Depuis l’action ne connait pas de grandes variations en termes de prix, restant toujours sous la barre des 60€.Données boursières et répartition de l’actionnariatAvec quasiment 10 millions d’actions sur le marché, la société permet donc aux investisseurs privés de pouvoir avoir accès aux actions de l’entreprise. La société est d’ailleurs quasiment détenue à 40% par les propriétaires de l’entreprise LNA Santé via différentes structures (Financière Vertavienne / Nobel / Nobilise / Nobinvest). Pour le reste de l’actionnariat, on retrouve notamment Amundi et d’autres investisseurs privés et. Le reste des actions se retrouve sur le marché.Analyse comptable et boursière Année 2016 Année 2017 CA : 393.8M€ CA : 413.9M€ Résultat opérationnel : 36.3M€ Résultat opérationnel : 38.7M€ Résultat net : 25.8M€ Résultat net : 26.8M€ Résultat dilué par action : 2.66€ Résultat dilué par action : 2.76€On peut rapidement voir à travers la lecture de ce tableau, une nette amélioration de tous les postes du compte de résultat de cette entreprise. Avec un chiffre d’affaires en hausse de 5.10% sur la période 2016 – 2017, on constate facilement que les activités de l’entreprise fonctionnent plutôt bien. Le résultat opérationnel est aussi en hausse, prenant 2.4M€ sur l’année.Le résultat net augmente d’1M€, ce qui a une légère influence sur le résultat dilué par action, qui augmente de 0.10€. Avec un bénéfice d’environ 25M€ et un dividende versé de 0.32€, nous pouvons facilement dire que la société poursuit son ascension vers la rentabilité, ce qui est une bonne chose pour les actionnaires et investisseurs.PER : environ 24PEG : 0.76Dividende : +0.56%Book ratio : 3.54TSR : environ +40%Avec un PER (Price earning ratio) d’environ 24, le cours de LNA Santé représente environ 24 fois les bénéfices actuels et futurs de l’entreprise. Le PER de cette société est d’ailleurs inférieur à celui d’une société concurrente (Bastide Confort avec un PER de 63), un PER similaire à sa rivale ORPEA (PER d’environ 27) mais largement supérieur à celui de Korian (PER d’environ 14).En prenant en compte le PEG (Price earning growth), on tient compte de la croissance des bénéfices nets de l’entreprise, et donc de l’amélioration de son business. Avec un PEG inférieur à 1 (environ 0.76), on voit clairement que la société est sous-évaluée par le marché et a donc encore de la marge pour améliorer son business et ses ratios. Cela est une très bonne chose, cela signifie que l’action ne coute pas cher.Avec un dividende versé de 0.32€, le taux de rendement de l’action est de 0.56%. Ce qui est inférieur à la moyenne des actions européennes (autour de 3%). Il ne faudra donc pas compter sur cette valeur pour dégager des revenus conséquents.Le Book Ration de l’entreprise est supérieur à 1 (3.54), cela signifie que pour cette méthode d’évaluation, la société est surévaluée en ce qui concerne les capitaux propres et la valorisation comptable.Pour terminer, en tenant compte de la rentabilité totale pour l’actionnaire, celle-ci est bonne puisqu’elle est d’environ 40%. En effet, l’évolution à la hausse de cette action sur la période avril 2017 – 2018, à laquelle on ajoute le versement du dividende, nous permet de nous rendre compte que cette action a été un bon investissement sur cette période.Projets moyen – long termeLa société LNA Santé souhaite, comme son concurrent direct Orpéa, miser sur une présence à l’international. Avec une société occidentale qui devient de plus en plus âgée et un phénomène de dépendance qui s’aggrave avec le temps, développer un réseau à l’international permettrait à l’entreprise de gagner de nouvelles parts de marché en surfant sur ce que l’on appelle « la Silver Economy ».Conclusion : l’analyse de cette valeur nous a convaincu de son potentiel, elle performera très probablement selon nous, lors des prochains mois 2018 et des prochaines, pour les plus patients avec des perspectives de croissance et de rendement toujours à la hausse, étant donné la montée en puissance de l’industrie des séniors.N’hésitez pas à venir vous renseigner afin d’avoir plus d’informations sur les actions et les investissements financiers. Votre conseiller Easygp
Source: WIX EASYGP

Bourse: zoom sur l'action du mois, April

Aujourd’hui, votre conseiller EasyGP va évoquer avec vous l’actualité de la gestion de patrimoine, et notamment celle des marchés financiers.Comme chaque premier mercredi du mois, nous allons vous présenter une valeur boursière qui selon nous, va performer au cours de l’année et à plus long terme.Code ISIN : FR0004037125Cours de l’action au jour de l’article : environ 14€April est un groupe français de sociétés d’assurance, crée en 1988. Le groupe a une aura internationale car il est leader des courtiers grossistes en France, mais dans d’autres pays (31 implantations à l’étranger). Il distribue des solutions d’assurance de personnes et de biens, ainsi que des prestations d’assistance. D’un point de vue boursier, la société est cotée sur le compartiment CAC All Shares sur la place de Paris. Elle est d’ailleurs disponible sur les marchés financiers depuis 1997, soit plus de 20 ans.Avec une capitalisation boursière d’environ 585M€, cette valeur appartient à la catégorie du Smallcap. Elle est éligible au PEA / PEA PME PMI / compte titres.Historique sur l’année 2017On peut voir sur ce graphique l’évolution de l’action April depuis le mois de Mars 2017, soit un peu plus d’un an. A cette date, la valeur était autour des 12.50€. On peut constater via ce graphique qu’un mouvement généralement haussier s’est mis en place depuis cette date. Malgré une légère baisse en avril 2017, où le titre était autour de 11€, le mouvement est reparti de plus belle. A cette époque, « le trou d’air » ne correspondait pas spécialement à l’activité de l’entreprise mais plutôt au marasme économique qu’il y avait en France à ce moment. L’indice de consommation des ménages était plus bas qu’actuellement et étant proche de l’élection du Président Macron, l’activité économique sous François Hollande n’était pas au plus haut.En début janvier 2018, l’action atteint un pique de 16€, suite à l’annonce de résultats financiers en hausse par rapport aux objectifs. Le rapport financier consolidé de la société April devrait sortir en avril 2018.Données boursières et actionnariatAvec environ 41 millions d’actions sur le marché, la société permet aux investisseurs privés de pouvoir accéder à son capital, mais aussi de bénéficier d’une certaine liquidité. Elle est détenue à 64% par Evolem, une holding crée en 1997 au moment de l’introduction en bourse d’April, par le fondateur d’April, Bruno Rousset. De cette manière, il détient la majorité des actions de sa société d’assurance, et garde donc un contrôle total sur sa gouvernance. Les 36% restants sont répartis à travers des sociétés d’investissement et le marché en lui-même.Analyse comptable et boursière1er semestre 2016 1er semestre 2017CA : 430.2M€ CA : 457.7M€Résultat opérationnel : 37.4M€ Résultat opérationnel : 37.7M€Résultat net : 26.1M€ Résultat net : 23.9M€ Résultat dilué par action : 0.64€ Résultat dilué par action : 0.58€On peut voir à travers la lecture rapide de ce tableau une nette amélioration de tous les postes du compte de résultat de cette entreprise, à l’exception du résultat net qui est en baisse. Avec un chiffre d’affaire en hausse de 6.4% sur une période d’un an, par rapport au 1er semestre 2016, on peut dire que les activités de l’entreprise fonctionnent assez bien. Le résultat opérationnel est aussi en hausse, gagnant au passage 300K€ du 1er semestre 2016 à 2017. Toutefois, le résultat net à la fin de cette période est en baisse pour le 1er semestre 2017, ce qui a un impact sur le résultat dilué par action. Cette baisse notable du résultat net est causée par la hausse de la fiscalité en ce qui concerne la société April, avec une charge d’impôt de 13.5M€. Cela affecte donc le résultat net correspondant à la part du groupe dans l’activité, par rapport au 1er semestre 2016.Ainsi, à la lecture du rapport financier consolidé du 1er semestre 2017, le bénéfice net par action pour la fin 2017, devrait être supérieur à celui de 2016, tournant autour de 1€. Cela insinue donc que l’entreprise accroit son ascension vers la rentabilité. Toutefois, au vu du nombre d’actions émises sur le marché, il vaudrait mieux ne pas en émettre encore afin de ne pas dévaloriser les différents ratios boursiers. En 2016, un dividende de 0.26€ a été versé, celui-ci devrait être en hausse au vu de l’amélioration de la santé financière de l’entreprise.PER : 32PEG : environ 0.64Dividende : +1.82%Book ratio : environ 0.93TSR : environ +14.55%Avec un PER (Price earning ratio) d’environ 32, le cours de l’action April représente environ 32 fois les bénéfices actuels et futurs de l’entreprise. Le PER de cette société est d’ailleurs supérieur à ceux des autres sociétés financières (banque / assurance / finance compris). Toutefois, au vu de la position monopolistique de la société sur son secteur, il est difficile de pouvoir comparer.En prenant en compte le PEG (Price earning growth), on tient compte de la croissance des bénéfices net de l’entreprise, et donc de l’amélioration de son business. Avec un PEG inférieur à 1, il est clair que la société a encore de la marge pour améliorer son business et donc ses ratios. De plus, la société est sous-évaluée d’un point de vue boursier, ce qui est une très bonne chose car cela signifie que l’action ne coûte pas cher.Avec un dividende versé de 0.26€, le taux de rendement de l’action est de 1.82%. Ce qui est en dessous de la moyenne des actions européennes en général (autour de 3%).Le Book Ratio de l’entreprise est inférieur à 1 (environ 0.93), cela signifie que la société est sous-évaluée, en ce qui concerne ses capitaux propres et sa valorisation comptable. Le marché sous-estime cette valeur.Pour terminer, en tenant compte de la rentabilité totale pour l’actionnaire, celle-ci est bonne puisqu’elle est d’environ 14.55%. En effet, l’évolution à la hausse de cette action sur la période mars 2017 – mars 2018, à laquelle on ajoute le versement du dividende, nous permet de nous rendre compte que cette action a été un bon investissement sur cette période.Projets à moyen – long termeLe groupe a effectué plusieurs acquisitions à l’international au cours de l’année 2017. Notamment au Brésil avec l’acquisition de 60% du capital d’une société nommée Public Broker, qui distribue des produits d’assurance prévoyance et santé aux entreprises installées sur le sol brésilien.On peut aussi ajouter la libéralisation tant voulue et assumée par le Président Macron et son gouvernement. La société devrait profiter de ce phénomène en ce qui concerne l’assurance emprunteur. En effet, le Conseil Constitutionnel, organe législatif chargé de valider la conformité ou non d’un texte par rapport à la Constitution, a déclaré légal de pouvoir changer d’assurance emprunteur (assurance pour le crédit immobilier) une fois par an si le souscripteur le souhaite, à la date anniversaire, c’est-à-dire la date de renouvellement automatique du contrat. En se faisant, le souscripteur de la garantie peut économiser parfois des milliers d’€ sur l’assurance de son crédit immobilier. De ce fait, April, leader du marché français pour le secteur de l’assurance emprunteur, devrait profiter de cette dynamique pour accroitre son influence et augmenter son activité.Conclusion : l’analyse de cette valeur nous a convaincu de son potentiel, elle performera très probablement selon nous, lors des prochains mois 2018 voire prochaines années, pour les plus patients, avec des perspectives de croissance et de rendement toujours à la hausse.N’hésitez pas à venir vous renseigner afin d’avoir plus d’informations sur les actions et les investissements financiers.Votre conseiller EasyGP
Source: WIX EASYGP

Bourse: zoom sur l'action du mois, Amoéba

Aujourd’hui, votre conseiller EasyGP va évoquer avec vous l’actualité de la gestion de patrimoine, et notamment celle des marchés financiers.Comme chaque premier mercredi du mois, nous vous présentons une valeur boursière qui selon nous, va performer au cours de l’année et à plus long terme.Pour ce mois de février 2018, nous allons vous parler d’une société française, Amoeba.Code ISIN -> FR0011051598. Cours au jour de l’article: 16.50€Amoeba est une société française de chimie basée à Lyon et cotée en bourse sur le compartiment CAC All Shares. Elle commercialise et développe un produit chimique particulier, le biocide biologique qui permet de détruire les légionnelles et les amibes des eaux. Ces bactéries sont pathogènes et cela a un impact sur l’environnement et sur les eaux. Le biocide biologie de la société Ameoba permet cette destruction sans effet sur l’homme.La société est entrée en bourse en 2015 sur le marché réglementé Euronext. Depuis sa valorisation boursière est un peu inférieure à 100M€. Cette valeur appartient donc au Smallcap. Elle est éligible au PEA / compte titres / PEA PME.Historique sur l’année 2017On peut voir sur ce graphique l’évolution de l’action Amoeba depuis le 1er janvier 2017. A cette date, la valeur était autour des 26€. Un mouvement baissier avait déjà commencé dès la fin de l’année 2016. Puis un pique du montant de l’action pour atteindre les 30€ le 15/03/2017, cette hausse impressionnante est due à la nomination d’un nouveau directeur général pour la société.Mais le 16/03/2017, l’ANSES (agence nationale de sécurité sanitaire alimentaire) a rendu un verdict négatif à l’encontre du produit phare de l’entreprise, le Biomeba. Avec des attentes importantes de la part du marché, dès lors, une baisse importante se produit, jusqu’à descendre à 13.50€ le 19/04/2017. Par la suite, une hausse minime s’effectue jusqu’au jour d’aujourd’hui.Données boursières et répartition de l’actionnariat Avec environ 6 millions d’actions sur le marché, la société permet donc aux investisseurs privés de pouvoir avoir accès aux actions de l’entreprise. La société est d’ailleurs détenue à quasiment 24% par les dirigeants et les salariés de l’entreprise. Pour le reste de l’actionnariat, on retrouve des sociétés de capital Risk tels que CM-CIC Capital privé et d’autres entreprises privées. Le reste des actions se retrouve le marché.Analyse comptable et boursière1er semestre 2016 1er semestre 2017Chiffre d’affaires : 60M€ Chiffre d’affaires : 75.11M€Résultat opérationnel : 2.67M€ Résultat opérationnel : 3.1M€Résultat net : 2.69M€ Résultat net : 3.24M€Résultat dilué par action : 0.49€ Résultat dilué par action : 0.54€On peut voir à travers ce tableau une nette amélioration de tous les postes du compte de résultat de cette entreprise. Avec un CA en augmentation d’environ 25% par rapport au 1er semestre 2016, les activités de l’entreprise fonctionnent plutôt bien. Il en est de même pour le résultat opérationnel et le résultat net, qui sont eux aussi en hausse. 2016 2017Bénéfice net par action : -0.62€ Bénéfice net par action : environ -0.30€PER : non calculable PER : non calculableAinsi, à la lecture du rapport financier de l’entreprise, le bénéfice net par action pour la fin 2017 devrait être autour des -0.30€. Cela insinue que l’entreprise devient rentable au vu du nombre d’actions émises sur le marché. La société ne distribue pas de dividendes depuis son entrée en bourse et nous n’avons aucune information sur le fait qu’elle compte le faire ou non. On ne peut donc pour le moment pas effectuer d’analyse boursière car les ratios utilisés ne le peuvent dans ce cas. Nous nous tiendrons donc à une analyse comptable de l’action et de l’entreprise.Projets à moyen – long termeLa société Amoeba a signé deux lettres d’intention (intention de collaboration avec d’autres entreprises) avec la société NCR Biochemical pour la conclusion d’un accord définitif qui porterait sur la distribution de son produit BIOMEBA en Italie sous réserve de l’obtention de l’autorisation de mise sur le marché sur ce territoire. Et avec la société Garatt-Callahan pour la conclusion d’un accord définitif qui porterait sur la distribution de son produit BIOMEBA aux Etats Unis sous réserve de l’obtention de l’autorisation de mise sur le marché sur ce territoire.Comme indiqué, la collaboration ne pourra s’effectuer que si la société obtient les autorisations des pays en question.En mai 2017, la société a signé 2 contrats de distribution pour son produit BIOMEBA avec la société Novochem Water Treatment sous réserve de l’obtention de l’autorisation de mise sur le marché aux Pays-Bas, en Belgique et au Luxembourg. Et avec la société Earthwise Environmental sous réserve de l’obtention de l’autorisation de mise sur le marché aux Etats Unis.La société a notamment étoffé son portefeuille de brevets en y ajoutant quelques nouveaux, leur permettant un usage exclusif de leur technologie. Depuis la fin du premier semestre 2017, soit au 30/06/2017, une nouvelle lettre d’intention et un nouveau contrat de distribution ont été signés. On voit donc que l’entreprise continue à accroitre son influence afin d’obtenir de plus en plus de business pour les années à venir.Conclusion : l’analyse de cette valeur nous a convaincu de son potentiel, elle performera très probablement lors des prochains mois 2018.N’hésitez pas à venir vous renseigner afin d’avoir plus d’informations sur les actions et les investissements financiers.Votre conseiller EasyGP
Source: WIX EASYGP

USA_ 1-0 POUR TRUMP DANS SON COMBAT POUR LA BAISSE DE L’IMPÔT SUR LES SOCIÉTÉS AMÉRICAINES-EASYGP

USA : 1-0 pour Trump dans son combat pour la baisse de l’impôt sur les sociétés américaines

[vc_row][vc_column][vc_column_text]

 
Aujourd’hui, votre conseiller EasyGP va évoquer avec vous l’actualité des marchés financiers, notamment américains. Nos lecteurs réguliers ne sont pas sans savoir, que les USA représentent actuellement la deuxième économie mondiale derrière la Chine, et la première place marchande en termes de capitaux financiers.
 
 

Trump tiendra t-il ses promesses ? 

 
Ainsi, les USA ont un impact énorme sur les marchés boursiers. Nous avons vu dans l’ article « USA : vers un krach boursier » que le marché des actions américaines ne faisait que monter depuis quelques mois. La raison étant l’arrivée de Trump au pouvoir faisait miroiter aux investisseurs l’application de sa promesse de campagne, à savoir la baisse de la fiscalité des entreprises américaines, en passant de 35% à 20% d’imposition.
 
Nous avons vu dans l’article précédent que cette annonce avait pour effet un afflux massif des capitaux sur les indices boursiers américains. Permettant à certains indices d’évoluer de manière positive et très significative. Car la possible baisse d’impôt pour les sociétés américaines rimerait très fortement avec hausse des dividendes versés par les sociétés cotées en bourse.
 
Mais dans le sens contraire, si la fiscalité n’était pas allégée comme prévu, alors un risque fort de krach boursier pourrait apparaitre aux USA et se propager sur l’ensemble du monde économique et financier.
 
Il faut savoir qu’aux Etats-Unis, afin de voter une loi modifiant le budget ou les impôts, il faut passer par la Chambre des représentants mais aussi par le Sénat. Ce double rideau a parfois tendance à freiner bon nombre d’initiatives par les différents gouvernements.
 
SMXLL

Une évolution du régime fiscal ? 

 
Il y a quelques jours, Donald Trump a remporté la première manche de cette bataille pour le lancement de sa réforme fiscale tant attendue. La chambre des représentants a accepté la demande de modification de la fiscalité des entreprises mais aussi des ménages. Pour un foyer de la classe moyenne de 4 personnes, cela représenterait environ 1200$ de hausse de pouvoir d’achat.
 
Mais malgré cette victoire, la résistance reste vive dans l’opposition américaine et le point culminant se jouera au Sénat. Si Trump réussit, les Américains auront un nouveau code des impôts pour la fin de l’année. Cela aura l’effet d’une bombe sur les marchés qui verront de plus en plus de flux accourir vers les USA, réduisant le risque de krach boursier dû à un mécontentement du marché mais les actions verront leurs prix s’envoler, ayant comme effet la création d’une bulle financière sur les USA.
 
On peut donc dire que la baisse des impôts permettra de passer d’un possible krach boursier à l’apparition d’une bulle financière, ce qui dans les deux cas est une mauvaise chose.

Notre conseil : délaisser pour le moment le marché américain en attendant la suite des événements en ce qui concerne la fiscalité des ménages et des entreprises. Ne pas vendre les actions américaines ni renforcer ses positions sur ce secteur géographique.

 
Pour bénéficier de l’expertise financiere EasyGP, contactez un conseiller ici: https://easygestiondepatrimoine.com/contact/#.XAERGej0nIU
 

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_single_image image= »2645″ img_size= »full »][/vc_column][/vc_row]

impots gouv,100 impots gouv particulier,35 impots particulier,34 impots 2019,21 centre impots,16 centre des impots,13 impot,13 declaration impots,10 les impots,9 impots gouv 2019,7 impots 2018,6 impot gouv,5 impots déclaration,5 declaration impots 2019,5 impots en ligne,4 date impots 2019,4 impots simulation,4 impots.gouv.fr,3 impots date limite,3 impots gouv professionnel,3 impots mon compte,3 impots sur le revenu,3 service impots,3 gouv impots fr,3 horaires impots,2 RISING impots 2019 date limite,Record date impots 2019 internet,Record declaration impots 2019 delai,Record remboursement impots 2019,Record impots gouv fr declaration 2019,Record impots 2019 date limite internet,Record impots.gouv.fr 2019 date,Record date declaration impots revenus 2019,Record date déclaration impots 2019,Record impots 2020,Record impots.gouv.fr 2019 date limite,Record impots.gouv.fr taxes foncières 2019,Record déclaration impots 2019,Record date impots 2019,Record date limite déclaration impots 2019,Record limite declaration impots 2019,Record notice impots 2019,Record declaration impots 2019,Record impots.gouv espace personnel,Record date impots en ligne 2019,Record impots.gouv.fr 2019,Record impot gouv déclaration 2019,+4 600 % declaration impot 2019,+4 550 % déclarer impots 2019,+4 150 % restitution impots 2019,+3 600 %

Les conséquences de l’annonce du budget 2018 sur les ménages

[vc_row][vc_column][vc_column_text]

 
Chaque année, le gouvernement annonce son budget pour l’année. Ce budget annonce souvent les mesures phares de l’année mais aussi celles du quinquennat en cours.
Nous allons voir en quoi les mesures budgétaires du gouvernement Macron pour l’année 2018 va influer sur le patrimoine des Français.

La taxe d’habitation

 
La taxe d’habitation est un impôt que chaque personne vivant dans sa résidence principale doit acquitter. Et ce, que la personne soit propriétaire ou locataire. C’est donc une taxe qui touche une très grande partie de la société française. Avec cette mesure phare de son programme électoral, le président Macron permet à de nombreuses personnes de gagner du pouvoir d’achat en réduisant l’impact de cette taxe sur les finances personnelles de nombreux contribuables.
 
On verra une baisse de 1/3 de cette taxe dès janvier 2018, 2/3 en janvier 2019 et elle aura totalement disparu dès 2020. Pour pouvoir en bénéficier, il faut avoir un revenu fiscal inférieur à 27.000€ pour une personne seule et 43.000€ pour un couple.
 
Ainsi, cette économie pourra permettre aux ménages plus de consommation ou plus d’épargne.
 

Augmentation de la CSG et suppression des cotisations maladie et chômage

 
Le gouvernement souhaite élargir le spectre de recettes fiscales en l’appliquant à tous les revenus. De ce fait, il y a eu décision de supprimer les cotisations maladies et chômage et dans le même temps, une augmentation de la CSG (contribution sociale générale) de 1.7 point, passant de 5.5% à 7.2%.
SMLXL

Cela aura pour effet une augmentation des salaires d’environ 1.5% en net. Les salariés ne verront cet effet que d’ici fin 2018. De leur côté, les indépendants gagneront en pouvoir d’achat pour ceux qui ont des revenus inférieurs à 4.000€ mensuels.
Toutefois, cette mesure aura un effet néfaste sur les propriétaires fonciers et les retraités. Ceux qui disposent de revenus locatifs (BIC pour les meublés et revenus fonciers pour les biens loués nus) verront la fiscalité de leurs revenus augmentés. Il en sera de même pour les retraités avec une pension supérieure à 1.350€ mensuels.

La suppression totale de l’ISF

 
Cheval de bataille de sa campagne, le président Macron a respecté sa parole et a décidé de supprimer simplement l’impôt de solidarité sur la fortune et de la changer par un autre dispositif qui s’appelle l’IFI (impôt sur la fortune immobilière).
 
On notera qu’il n’y aura pas de changement sur le mode de calcul (barème et abattement de 30% sur la résidence principale). Pour finir, le dispositif qui permettait de réduire son ISF en investissant dans les PME est aussi supprimé.
 
On voit bien avec cette mesure que le gouvernement Macron cherche à développer le financement de l’économie réelle via les marchés boursiers ou l’investissement direct dans les PME.
SMLXL

La Flat tax

 
La Flat tax est un impôt forfaitaire applicable à tous les revenus du capital, c’est-à-dire dividendes (revenus des actions), intérêts (revenus des livrets, PEL, obligations…) et plus-values de cession (différence positive entre l’achat et la vente d’une action).
 
Tous ces revenus seront prélevés forfaitairement au taux de 30%. Les livrets d’épargne populaires garderont leurs avantages fiscaux (Livret A, LDD, Livret d’épargne populaire) et resteront nets d’impôt.
 
En ce qui concerne les PEL, tous ceux ouverts dès le 1er janvier 2018 verront leurs intérêts fiscalisés à hauteur de 30%. Cela change avec l’ancien système car il fallait attendre 12 ans pour être imposés sur les intérêts à hauteur de la TMI (tranche marginale d’imposition). La prime d’état attribuée pour les PEL va aussi disparaitre.
 
Pour finir, l’assurance vie, dispositif d’épargne favori des épargnants français, se verra attribuée un abattement de 150.000€ d’encours total (sommes placées sur les contrats) pour une personne et 300.000€ pour un couple, en dessous duquel, la fiscalité restera celle actuelle. Au-dessus, la Flat tax de 30% s’appliquera automatiquement.
 
On voit donc qu’avec ces différentes mesures, les cartes du jeu de la gestion de patrimoine sont complètement relancées. Que ce soit pour les ménages les plus modestes, les épargnants plaçant leurs économies sur les marchés boursiers ou les livrets ou encore les personnes investissant massivement dans l’immobilier, tout a changé.
 
 
Il est important de voir un conseiller pouvant vous aider à voir plus clair dans toutes ces informations et surtout à adapter votre stratégie patrimoniale aux nouvelles règles du jeu.

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_single_image image= »2645″ img_size= »full »][/vc_column][/vc_row]

Comment investir lorsque l’on a 500€ ou moins à placer par mois ?

[vc_row][vc_column][vc_column_text]

 
Aujourd’hui, votre conseiller EasyGP va vous donner quelques conseils sur comment gérer au mieux votre argent et vos différents investissements.
Dans des articles précédents nommés « Placements : quelle stratégie mettre en place selon son âge ? » et « Placements : quelle stratégie adopter selon son profil d’investisseur », nous avons vu qu’en fonction de l’âge de chacun (moins de 50 ans ou plus de 50 ans) et de son profil de risque, il y a une manière d’articuler son patrimoine et ses placements. A travers ce post, nous allons vous donner des idées générales de placements pour les personnes qui ont maximum 500€ par mois à investir.
SMLXL

L’achat de sa résidence principale

Si comme de nombreuses personnes en France vous êtes locataires, alors il serait intéressant de devenir propriétaire de votre résidence principale. En effet, avec environ 64% de propriétaires de leur résidence principale, la France possède un des taux les plus faibles d’Europe, la moyenne étant à 70% en Union Européenne. A contrario, des pays comme la Hongrie ou la Croatie possèdent un taux de propriétaire de leur RP autour des 90%.
Il est donc important d’acquérir sa résidence principale, d’autant plus que c’est un des actes fondamentaux lorsque l’on souhaite créer son patrimoine.
De plus, acquérir sa résidence principale possède de nombreux avantages tels que la protection de votre foyer, vous n’êtes plus susceptible d’être délogés de chez vous, la création de votre patrimoine via l’achat de votre maison ou appartement… Pour plus d’informations, vous pouvez lire l’article « locataire ou propriétaire : un choix décisif »
SMLXL

 

La souscription d’un contrat d’assurance vie

L’assurance vie est l’enveloppe fiscale préférée des Français. Souple, avec un rendement au-dessus de celui des livrets, très utile pour les projets à long terme, l’assurance vie fait l’unanimité chez les clients investisseurs.
Il est important pour les personnes les plus jeunes (moins de 40 ans) de prendre date en souscrivant un contrat d’assurance vie. Prendre date signifie de souscrire le contrat et prenant en compte la date de souscription. La fiscalité de l’assurance vie est une fiscalité dégressive qui joue dans le temps. C’est-à-dire que plus vous garderez votre contrat, plus la fiscalité sera avantageuse en cas de retrait des sommes qui sont sur le contrat. Au bout de 8 ans, la fiscalité est quasi nulle en cas de retrait et dans la limite d’une certaine somme, changement dû à l’application de la Flat Tax du gouvernement Macron. Ainsi, en prenant date assez tôt, vous vous donnez la possibilité d’avoir une fiscalité très avantageuse et ce, très tôt aussi.
Exemple : une personne souscrit un contrat X un contrat d’assurance vie à 25 ans mais ne met que le minimum à l’ouverture, par exemple 50€. A 33 ans, 8 ans plus tard, la fiscalité de l’assurance vie sera la plus faible. Elle pourra donc mettre de l’argent sur son contrat et le retirer à tout moment sans craindre un contre effet fiscal.
Cette même personne peut décider de mettre 500€ / mois sur son contrat et donc l’alimenter régulièrement. De plus, en respectant son allocation correspondant à son profil de risque (voir l’article « Placements : quelle stratégie adopter selon son profil d’investisseur », elle peut facilement augmenter le rendement de son contrat par rapport au rendement du fonds euros, dit « sans risque ».

L’acquisition d’une résidence locative

Avec des taux de crédits immobiliers au plus bas depuis des années, de nombreuses personnes ont décidé de franchir le cap et d’acheter une résidence locative. Le but de cette résidence est d’avoir un bien immobilier loué à un locataire tiers et d’obtenir des revenus complémentaires chaque mois.
Les taux des crédits immobiliers étant très faibles, le coût de l’opération de financement est actuellement très bas, ce qui est correspond à une opportunité historique. Car dans de nombreux cas, la mensualité de crédit est inférieure au loyer perçu. Cela peut permettre donc d’avoir des revenus positifs nets d’impôts une fois que les impôts et les taxes sont déduits.
Vous pouvez décider d’acheter un bien et d’assurer la gestion locative vous-même ou à une agence immobilière ou alors acheter un bien dans une résidence de service, ce qui vous permettra d’obtenir des loyers chaque mois et de déléguer la gestion au gestionnaire de la résidence.
SMLXL

 

Investir sur les marchés financiers

Pour 500€ par mois, il est possible d’investir sur les marchés financiers. Cela peut se faire via deux enveloppes fiscales : le PEA (plan épargne actions) ou le compte titres. En fonction de la zone géographique sur laquelle vous souhaitez investir, le compte titres ou le PEA est meilleur que l’autre. Si vous souhaitez investir à l’international (USA, Europe, pays émergents, Asie…) alors il vous faudra un compte titres. Si vous souhaitez bénéficier uniquement des opportunités sur la France et l’Europe en général, alors le PEA est le contrat dont vous avez besoin.
Ces deux types de contrat vous permettent de pouvoir investir sur les marchés en direct, c’est-à-dire en achetant directement vos propres actions ou via des fonds communs de placements, où un gérant choisit les actions et la stratégie à mettre en place pour apporter le rendement maximum aux investisseurs.
En fonction de votre profil d’investisseur (sécuritaire / prudent /équilibré / dynamique), vous pouvez choisir comment placer vos 500€ et ainsi booster le rendement de votre épargne.
Pour une personne avec un profil prudent, elle devrait mettre au maximum 150€ sur des actifs risqués tels que les investissements financiers et 350€ sur des choses biens plus sécurisées tels que les livrets ou encore le PEL.
D’autant que les marchés financiers peuvent vous apporter le rendement nécessaire pour booster votre épargne, mais aussi peuvent aussi vous verser des revenus complémentaires utiles à tout moment de votre vie. Ainsi, comme vous l’aurez compris, il existe une multitude de possibilité de placements. Chaque investissement doit être bien réfléchi et surtout prendre en compte votre stratégie patrimoniale de manière globale.
Pour bénéficier de l’expertise patrimoniale EasyGP, contactez un conseiller ici: https://easygestiondepatrimoine.com/contact/#.XAERGej0nIU

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_single_image image= »2645″ img_size= »full »][/vc_column][/vc_row]

POUR QUELLES RAISONS LES FRANÇAIS ONT-ILS SI PEUR D'INVESTIR - EASYGP

Pour quelles raisons les Français ont-ils si peur d’investir?

[vc_row][vc_column][vc_column_text]

 
Aujourd’hui, votre conseiller va évoquer avec vous l’actualité de la gestion de patrimoine, notamment sur l’épargne financière. L’épargne financière, avec l’épargne bancaire, fait partie des principaux véhicules d’investissement des clients particuliers, en ce qui concerne leurs liquidités.
 
L’épargne financière concerne l’ensemble des investissements que l’on peut effectuer sur les marchés boursiers. Cela peut être par l’achat d’actions, d’obligations, de fonds communs de placements ou SICAV…
 
Avec une épargne bancaire qui propose des taux de rémunération qui sont au plus bas depuis quelques années, et des taux de rendement de l’épargne financière largement supérieurs à celui des produits bancaires, il est important de se pencher sur ce sujet particulier.
 
Et pourtant, d’après une étude de la célèbre société de gestion de portefeuille BlackRock, 7 Français sur 10 seraient effrayés par l’investissement financier. Nous allons donc tenter de comprendre la psychologie des particuliers tout en apportant des solutions permettant de mieux appréhender ce type de placements.
 
Un manque d’informations et de connaissances
 
On a constaté, selon un sondage que nous avons effectué, que sur un échantillon de 672 personnes (tout age, tout sexe et toutes catégories sociales confondues), moins de 30% avaient des connaissances solides sur l’économie et les marchés financiers en général.
 
Forcément, cela influe sur le comportement de nombreux particuliers, qui ne peuvent se permettre d’investir dans une chose qu’ils ne maîtrisent peu ou pas du tout. Ce manque d’informations a aussi un impact conséquent sur les sommes placées sur les marchés par les particuliers.
 
Selon notre enquête, environ 65 à 70% des interrogés ne disposent pas d’épargne financière, et ce peu importe l’enveloppe fiscale (compte titres, PEA, assurance vie).
 
Il fait savoir que ce manque de connaissances va aussi pour les personnes qui proposent ce genre de placement en général. La banque, leader en ce qui concerne le nombre de clients, possèdent de nombreux conseillers qui proposent des produits financiers, mais qui ne maitrisent pas forcément leur produit ou encore la fiscalité des produits financiers.
Des propositions qui ne sont pas en rapport avec les besoins client
 
Lorsque l’on demande aux particuliers pour quelles raisons ils décident de ne pas investir sur les marchés financiers, on obtient plusieurs réponses :
 
  • Le manque d’information
  • Le manque de connaissances sur le sujet
  • Les produits ne correspondent pas aux besoins
  • La peur du risque 
  • Le manque de suivi
 
Le fait que les produits proposés aux clients ne sont pas en rapport avec leurs besoins est une des raisons les plus importantes du manque d’investissement financier des particuliers.
 
Les banques, ayant le monopole en tant qu’acteurs financiers, en terme de volume de clients, ont souvent oubliées un détail. Il faut que le client comprenne que le produit qui découle d’une solution correspond à son besoin pour y adhérer.
 
Il n’est pas rare de se voir proposer un produit, qu’il soit financier ou non, sans qu’il corresponde à une problématique que l’on peut avoir. Or, il existe de nombreuses problématiques sur le long terme et communes à beaucoup de personnes qui peut insinuer un placement sur les marchés boursiers.
 
Par exemple, le financement des études de ses enfants, la retraite, la préparation d’un projet sur le long terme, la constitution d’un capital… Il faut donc mettre en face les besoins des clients et les solutions, et ensuite au sein même de cette solution, voir quels sont les produits les plus adaptés aux clients.
La gestion du risque
 
L’investissement sur les marchés boursiers n’est pas dénué de tout risque.
C’est un point important à souligner. Toutefois, c’est cette prise de risque qui permet d’obtenir un rendement largement supérieur à celui de l’épargne bancaire type livrets ou PEL.
 
L’épargne bancaire, du fait de son rendement très faible, souvent en dessous de 1% net d’impôts, ne présente aucun risque en capital pour le détenteur d’avoirs.
 
En ce qui concerne les marchés financiers, la donne est différente. Il existe de nombreux risques (marché, liquidité, crédit….) qui ont un impact énorme sur la prise de décision d’investissement des clients particuliers. Et pourtant, malgré ces risques et avec une bonne gestion de son épargne, il est possible d’en profiter et d’obtenir des taux de rendement intéressants.
 
SMLXL

Comme vous pouvez le voir sur cette image qui date de l’été 2015, on voit bien que
le rendement des actions est le 3e plus important sur une période de 5 ans.
Et qu’il est loin devant celui du livret A, un des produits d’épargne favoris des Français
 
Il faut aussi savoir que le risque est quelque chose qui se gère, comme n’importe quelle autre chose. En voyant cette image, beaucoup pourraient se dire que cela peut être intéressant mais qu’ils ont peur de perdre leur argent. Dans ce cas, ne prenez le risque que sur une somme qui selon vous pourrait ne pas trop vous affecter en cas de perte. Par exemple, pour 100€ à mettre de coté, vous pouvez mettre 80 ou 90€ sur un livret ou un produit sans risque et mettre 10 à 20€ dans des actions. En utilisant cette petite astuce, vous pouvez booster facilement le rendement de vos 100€ tout en ne prenant du risque que sur 20€ maximum.
Le suivi sur le long terme
 
Pour terminer, lorsque l’on parle de produits financiers, on parle en général d’un investissement sur le long terme. Il est donc important de suivre la performance de son ou ses placements régulièrement afin d’anticiper au mieux les variations du marché.
Pour les clients qui gèrent eux-mêmes leurs portefeuille, un coup d’œil une fois dans la journée peut permettre de dénicher des opportunités sur les marchés. Pour les personnes dont l’argent est géré par une personne tierce (par exemple sur des fonds communs de placement), il est important d’avoir un suivi régulier. Nous conseillons au minimum une fois dans le mois, au maximum une fois par trimestre.
 
De cette manière, vous êtes tenu au courant par votre interlocuteur de la performance de vos investissements et celui-ci peut vous proposer de faire des arbitrages (entrées ou sorties sur les marchés) pour maximiser le rendement.
 
En conclusion, on peut dire que les marchés financiers, aussi effrayants qu’ils peuvent paraître, demeurent un excellent moyen de booster le rendement de vos économies.
 
Nous vous conseillons de prendre le temps de réfléchir à vos projets à long terme et ainsi que leurs modes de financements (immobilier, épargne bancaire / financière… ).

Mais surtout d’effectuer un profil financier, qui vous permettra de connaitre votre rapport face aux risques financiers. Et en cas d’investissement, partez sur une base d’un entretien téléphonique d’une dizaine de minutes chaque mois avec votre conseiller, qui pourra vous aider au mieux et surtout faire fructifier votre patrimoine.

 

Pour bénéficier de l’expertise patrimoniale EasyGP, contactez un conseiller ici: https://easygestiondepatrimoine.com/contact/#.XAERGej0nIU

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_single_image image= »2645″ img_size= »full »][/vc_column][/vc_row]